×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Les pourboires en berne, édito du journal du 8 août 2019

Restauration - mardi 6 août 2019 11:27
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


© GettyImages


19% des Français ne laissent jamais de pourboires, selon la dernière étude réalisée par You Gov cet été. En 2014, ils étaient 16%. Certains sondés invoquent la baisse de leur pouvoir d'achat. D'autres refusent cette pratique par principe invoquant que le service est inclus. On peut alors se demander s'il ne serait pas utile de rappeler à la clientèle que si le pourboire n'est pas obligatoire, il n'est pas non plus destiné à payer le service. Le pourboire est versé à une personne en remerciement d'un service ou de la qualité de celui-ci. A l'opposé, 22% des personnes interrogées déclarent donner systématiquement une gratification. Six Français sur dix assurent en donner régulièrement.

Autre enseignement : s'il y a autant d'hommes que de femmes qui perpétuent cette coutume, les sommes données par les hommes sont plus rondelettes que celles distribuées par les femmes. Selon l'étude YouGov, le pourboire moyen est de 3,80 euros côté hommes contre 2,80 euros pour la gent féminine.

Le sondage permet aussi de vérifier que plus on vieillit plus la propension à donner un pourboire grandit : 46 % des 18-24 ans, 58 % des 25-34 ans, 62 % des 35-44 ans, 64 % des 45-54 ans et 67 % des 55 ans et plus… mais il dévoile aussi que les jeunes qui donnent sont plus généreux (4 euros en moyenne pour les 18-24 ans ou 5,48 euros pour les 25-34 ans).

Donner un pourboire ou pas, les motivations sont diverses. Mais pour les professionnels, malheureusement, le résultat est le même : cela ne va pas dans le bon sens. Et l'utilisation généralisée de la carte bancaire au détriment des espèces ne joue pas en faveur d'un retournement de tendance.

#edito

 


Nadine Lemoine