×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Cure de jouvence pour le restaurant Paul Bocuse

Restauration - jeudi 21 février 2019 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lyon (69) Du 1er au 23 janvier 2019, l'Auberge de Collonges-au-Mont-d'Or a réalisé de gros travaux avec un impératif : capitaliser sur le passé tout en allant de l'avant.



Disparu le 20 janvier 2018, Paul Bocuse n’aura pas vu les changements opérés en ce début d’année. "Vous vous en occuperez quand je ne serai plus là", avait-il demandé à ses proches.

« C’est la cuisine dans laquelle les plus gros travaux ont eu lieu. Comme cela impliquait la fermeture du restaurant, nous en avons profité pour s’occuper des salles, dit Vincent Le Roux, directeur général de l’Auberge et de l’Abbaye depuis 2006. C’est un vrai changement, mais tout en respectant l’âme de la maison, l’âme de Paul Bocuse ». C’est en 1954, que Paul Bocuse a rejoint son père dans la maison familiale. Il en prend les commandes en 1957. La 1ère étoile Michelin arrive en 1958, la 2ème étoile en 1962 et en 1965 la 3ème. C’est à ce moment qu’il baptise le lieu : L’Auberge du Pont de Collonges – Restaurant Paul Bocuse. 5

3 ans de 3 étoiles plus tard, la maison à la façade multicolore présente une cuisine modifiée afin de créer un nouvel espace pour la poissonnerie et pour la pâtisserie, climatiser la cuisine et améliorer l’ergonomie au travail. Le bastion des 3 chefs MOF, Christophe Müller, Gilles Reinhardt et Olivier Couvin, les gardiens du temple. 

Côté salle, sous la direction de François Pipala, outre les peintures, des fauteuils en cuir taupe au look contemporain et des guéridons assortis ont fait leur apparition, tandis que de nouveaux uniformes, costumes gris et chemises blanches donnent aussi une touche de modernité. Coût de l’opération ? 2 millions d’euros. « Compte-tenu des travaux et de leur réalisation en un temps record (3 semaines), c’est un investissement conséquent mais raisonnable, estime Vincent Le Roux. Les clients nous disent que c’est magnifique. Le retour de la part des équipes est aussi très positif. Tout le monde dit : « on sent l’âme de Paul Bocuse », ça veut dire que c’est réussi ».  

#bocuse #vincentleroux 


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services