Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Christophe Aribert ouvre sa nouvelle Maison

Restauration - mercredi 13 février 2019 15:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Uriage-les-Bains (38) Le chef deux étoiles a installé ses cuisines et son équipe des Terrasses d'Uriage à quelques pas, dans une bâtisse ancienne qu'il a voulue à son image, celle d'un chef alpin profondément respectueux de la nature.




À côté du Grand Hôtel d’Uriage (Isère), où Christophe Aribert officiait il y a encore peu, on ne voit aujourd’hui qu’elle, la Maison Aribert, aménagée dans l’ancien Grand Chalet des thermes, et sa nouvelle extension habillée de bois. En ce début d’après-midi, c’est l’effervescence dans les étages de cette étonnante demeure de style anglo-normand, bâtie en 1875. Si les deux tables du chef, le restaurant gastronomique et Le Café A, accueillent les clients depuis le 2 février, les artisans s’activent pour finaliser les cinq chambres aux couleurs pastel aménagées au deuxième étage. Tout doit être prêt pour le 14 février, Saint-Valentin oblige. La salle de réception (100 m2), qui offre à l’étage supérieur une magnifique vue sur le parc, attendra un peu.

“Le lieu me faisait de l’œil depuis toujours”, sourit le chef étoilé, qu’un désaccord avec son ancien employeur a poussé à concrétiser son rêve : avoir sa propre maison. Il a pour cela racheté le fonds de commerce de son ancien restaurant et signé un bail à construction de trente ans avec la commune, propriétaire de la demeure. Mené tambour battant sur un bâti délaissé, le chantier a été un défi : hormis les murs et la charpente, tout a été refait en un an ! Montant total des travaux: 3,8 M€ HT.

 

Réhabilitation éco-responsable

Le point d’entrée de ce projet a été d’offrir une architecture qui dialogue avec le parc des thermes et la nature environnante”, explique Joëlle Personnaz, l’architecte choisie par Christophe Aribert pour une réhabilitation éco-responsable. Matériaux locaux bio-sourcés, chauffage à granulés de bois, réutilisation des matériaux du bâtiment... Rien n’a été laissé au hasard. La Maison Aribert accueillera même à l’étage un cabinet de naturopathie, d’étiopathie et de kinésiologie.

“C’est un lieu qui fait sens”, résume le chef soucieux de reconnecter les gens à la nature qui l’inspire tant. Il a d’ailleurs créé deux potagers en permaculture à proximité, l’un étant même situé tout contre la bâtisse. Heureux de convier les gourmets dans ‘sa’ Maison, Christophe Aribert leur réserve ses plus belles trouvailles dans son écrin gastronomique de 40 couverts (formules à 75 € et 89 € le midi, et menus à 120 €, 155 €, 159 € et 189 €).

 


Nathalie Ruffier
Un écrin en pleine nature

L’extension du bâtiment abrite le restaurant gastronomique et le Café A. Elle a été habillée d’un bardage en tasseaux cintrés en bois de châtaigner et recouverte d’une terrasse végétalisée, et est reliée à la bâtisse historique par un entre-deux vitré évoquant un sous-bois avec mousse, petit ruisseau et totem en platane, réalisé par le sculpteur Thierry Martenon. Un véritable cœur végétal en prélude au voyage gustatif imaginé par Christophe Aribert avec, au plafond, des lames de bois cintrées étuvées, au sol du chêne huilé et de belles ouvertures sur le parc.

https://maisonaribert.com
Journal & Magazine
Bulletin inscription abonnement gratuit
Services