×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Benoît Brochard remporte le trophée du maître d'hôtel

Restauration - dimanche 27 janvier 2019 20:54
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lyon (69) Agé de 29 ans, le jeune directeur de salle du restaurant Bon Bon à Bruxelles a remporté de justesse la finale qui l'opposait à cinq autres candidats, lors de la 2e édition du concours qui s'est déroulée samedi 26 janvier au Sirha à Eurexpo Lyon sur l'espace Cuisines en scène. Il succède ainsi à Elsa Jeanvoine, lauréate du trophée en 2017.



C'est une victoire à l'arrachée, mais une belle victoire quand même. En effet, Benoît Brochard a décroché la première place du concours, devançant de deux points seulement (sur 1000 points !) Nicolas Giraud, maître d'hôtel au restaurant le Neuvième Art à Lyon, qui arrive ainsi deuxième sur le podium. « Je suis très heureux et je remercie mon entourage qui m'a soutenu tout au long de la préparation au concours. Je me suis inscrit par goût du challenge et par quête d'excellence. Ce trophée, c'était aussi une façon pour moi de me rassurer sur mon niveau et je suis fier d'avoir obtenu la reconnaissance de mes pairs  » explique Benoît Brochard. A noter que lauréat a également remporté le prix de l'atelier café lors du concours.

La troisième place sur le podium a, elle, été remportée par Mathieu Nectoux (restaurant de l'hôtel Les Bories & Spa à Gordes). Quant aux trois autres finalistes, ils ont été classés 4e aequo. Il s'agit de Sébastien Candusso (Restaurant Hide Above à Londres), de Mathilde Favre d'Anne (restaurant le Favre d'Anne à Angers) et de Xavier Gonnet (Institut Paul Bocuse à Lyon). « Tous les finalistes ont fait preuve d'excellence, avec au final, des résultats très serrés puisqu'il n'y a eu que 20 points d'écart entre le premier et les derniers. Cela met du baume au cœur quand on voit le succès de cette deuxième édition et surtout la ferveur du jeune public venu très nombreux assister à ce concours. Nous avons plus que jamais besoin de cette jeunesse pour valoriser les métiers du service. Notre souhait aujourd'hui est de devenir l'écho du Bocuse d'or au niveau du service et à l'international » explique Denis Férault, fondateur et président du trophée du maître d’hôtel.

 

Une ambiance animée

L'ambiance a été, en effet, très animée ce samedi après-midi tout au long du concours. Pendant plus de quatre heures, les six finalistes, de jeunes professionnels du service aux parcours très différents exerçant en France et à l'étranger, se sont affrontés au cours de cinq épreuves organisées sous forme d’ateliers.

Accompagnés de leur commis, ils devaient démontrer leur talent au niveau de la technique, mais aussi du savoir-être, le tout sous le regard d’un jury composé de professionnels réputés (nombreux MOF) mais également face au public. Les épreuves étaient variées puisqu'il s'agissait de dresser une table tendance sur un thème imposé, de réaliser de bons accords mets-vins et pains, de réussir un flambage de saint-jacques ou encore de réinterpréter un irish coffee et de servir un café filtre. Un savoir-faire qui permet de dévoiler tous les talents que doit avoir aujourd'hui un maître d'hôtel, et qui met aussi en exergue la modernité de la profession. « Le service en salle est primordial dans la perception qu'on a d'un restaurant. On n'y va pas seulement pour se restaurer, mais surtout pour passer un bon moment. Et pour moi, la salle a un côté magique, il s'y passe toujours quelque chose, comme dans un film »,  conclut Jean-François Mesplède, le parrain de cette 2e édition du concours.

#tropheedumaitredhotel #benoitbrochard #sirha

 


Stéphanie Pioud
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services