×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Astair adhère à la cuisine bourgeoise

Restauration - mardi 22 janvier 2019 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Escargots, os à moelle, caille fermière, côte de veau… l'établissement, loin du light et du vegan, mise sur les plats canailles et l'esprit brasserie.



Tous les codes de la brasserie sont réunis. Banquettes parées de rouge, mosaïque au sol, chaises cannées, bar, plats canailles à la carte… on retrouve l’esprit des grandes enseignes parisiennes qui ferment tard, ouvrent 7 jours sur 7 et proposent aussi bien la douzaine d’escargots que l’os à moelle ou le poulet-purée en 'service continu'. Baptisé Astair, ce nouveau repaire a élu domicile dans le passage des Panoramas, à Paris (IIe). Un lieu bien connu des trois fondateurs du restaurant : en effet, Jean Valfort, Charles Drouhaut et Jean-François Monfort ont déjà ouvert Canard & Champagne dans ce même passage. Astair est leur cinquième adresse à Paris, en quatre ans. Une adresse qu’ils calent sur la culture brasserie, sans sombrer dans la nostalgie. “Avec Astair, nous faisons un clin d’œil à la restauration française de la belle époque des brasseries”, confie Jean Valfort. Il cible les années 1920 et 1950, “où boire et manger étaient avant tout festifs”, où l’on venait se détendre, s’amuser, danser, “comme Fred Astaire sur les Champs-Élysées”. Le nom du restaurant, il est venu comme ça : de celui de la star hollywoodienne, un 'e' en moins, mais avec la même joie de vivre. “Ici, on vient comme on est, sans réserver, et s’il n’y a pas de place, on patiente le temps d’un verre au bar”, poursuit le cofondateur d’Astair.

Une identité culinaire sur laquelle veille le chef étoilé Gilles Goujon

À la carte, “une cuisine bourgeoise”, comme la qualifie Jean Valfort. Une identité culinaire forte sur laquelle veille Gilles Goujon, le chef triplement étoilé de L'Auberge du vieux puits, à Fontjoncouse (Aude). Il signe ainsi les recettes du cabillaud demi-sel en tchoutchouka, de la caille fermière rôtie ou encore de la côte de veau de Corrèze infusée au thym. Des plats qui tiennent au corps : pas question d’avoir faim en sortant. Avec des produits tous sourcés avec soin : viandes certifiées, caviar de Sologne, sélection pertinente de vignerons bien positionnés pour une cave qui affiche déjà quelque 120 références… Quant au service, lui aussi, s’inspire des brasseries : “Tous nos vins sont servis en carafe”, souligne Jean Valfort, qui regrette de ne pas faire de découpe en salle, “faute de place”. À cela s’ajoutent des assiettes estampillées Astair, des couteaux avec manches en corne fabriqués à Limoges, des serviettes blanches en tissu… Le tout dans une déco réalisée par une soixantaine d’artisans, sous la houlette de l’architecte d’intérieur Tristan Auer : on lui doit notamment la rénovation du Crillon (VIIIe), celle en cours du Scribe (IXe) et, d’ici à cet été, le flambant neuf hôtel Sinner, dans le Marais. Enfin, ouvert de 10 heures à minuit, Astair affiche un menu entrée-pat ou plat-dessert à 20 € et un ticket moyen à 60 €. Mais on peut aussi ne venir que pour un petit déjeuner, un goûter ou un verre. C’est ça aussi, l’esprit brasserie.

#astair #brasserie #restaurant #gillesgoujon #cuisinebourgeoise


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services