×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le tour de force du MOF maître d'hôtel, du service et des arts de table, édito du journal du 15 novembre 2018

Restauration - mardi 13 novembre 2018 15:42
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Le Royal et le Normandy Barrière ont servi d’écrin au concours Un des meilleurs ouvriers de France maître d’hôtel, du service et des arts de table. Onze candidats, la fine fleur du métier, ont réussi à accéder à la finale. Avec un concours tous les trois ans et un seul lauréat lors de la dernière session en 2015 (Kevin Chambenoit), l’enjeu était taille. La plupart des finalistes avaient déjà une ou deux finales manquées au compteur, c’est dire leur persévérance.

En finale, devant leurs pairs, devant tous ces professionnels d’exception qu’ils admirent, ils ont dû gérer le stress, la peur, donner le meilleur d’eux-mêmes, se concentrer pour réagir à bon escient… Sûrement faut-il avoir vécu cette expérience pour avoir une idée de l’ampleur de l’engagement personnel que ce concours représente.

Le chef d’œuvre des maîtres d’hôtel est aussi impressionnant que celui des pâtissiers ou des cuisiniers. Ils devaient réaliser un service original du dessert incluant une technique, la création d’un dessert aux saveurs inédites, le choix des arts de la table, la scénographie… Ils ont dû former les commis qui les assistaient et produire une vidéo mettant en valeur leur création. Les candidats ont également dû plancher sur la révolution numérique. Ils ont défendu leur point de vue sur l’avenir du métier face à la digitalisation de la société lors du grand oral. Un travail de réflexion très exigeant qui complète l’excellence de leur savoir-faire. Le titre de MOF maître d’hôtel, du service et des arts de table fera encore rêver des générations.

#Edito #MOF #MaitreDHotel


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Communication digitale : web, mobile et réseaux
par Vanessa Guerrier-Buisine
Services