×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le chef espagnol Dani Garcia au sommet

Restauration - mardi 27 novembre 2018 17:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Marbella (ESPAGNE) Seul nouveau promu au rang des trois étoiles dans la péninsule ibérique, le chef de 42 ans propose une carte mêlant les bases du terroir andalou aux techniques et ingrédients d'une cuisine mondialisée.



Dani Garcia se définit comme un 'artisan du goût'.
© DR
Dani Garcia se définit comme un 'artisan du goût'.

La nouvelle édition du guide Michelin Espagne & Portugal a couronné de trois étoiles le chef Dani Garcia et son restaurant éponyme de l'hôtel Puente Romano à Marbella (Andalousie). “C'est un aboutissement ”, commente le chef de 42 ans, seul nouveau venu cette année parmi les 3 étoiles de la péninsule ibérique : Mais c'est aussi un commencement pour continuer à progresser et trouver des réponses aux multiples questions auxquelles nous sommes confrontés tous les jours ; car la gastronomie atteint aujourd'hui une étape fascinante où il faut nous réinventer et trouver de nouveaux chemins.”

C'est cette réflexion qui a conduit Dani Garcia au sommet de la gastronomie espagnole, en s'appuyant sur la tradition andalouse pour redonner une modernité à des préparations aussi classiques que le gazpacho (en versions 'pêches et tofu' ou encore 'cerise, fromage de chèvre et anchois', parmi les variations) ou des plats en sauce, comme la fameuse Mraga de Malaga » à base de sardines.

 

S'inscrire durablement dans l'élite de la gastronomie

Dani Garcia se définit comme un artisan du goût mêlant les bases du terroir andalou aux techniques et ingrédients d'une cuisine mondialisée. Une alchimie qui se décline aussi au restaurant de plage Lobito de Mar (Marbella), et à travers l'enseigne BiBo (implantée à Marbella et Madrid), où le chef andalou décline une offre de brasserie et tapas dans un esprit fusion. Car cet homme, dont la curiosité est l'un des principaux traits de caractère, ne cache pas son ambition : il veut s'inscrire durablement dans l'élite de la gastronomie tout en bâtissant un groupe de restauration qui pourrait dépasser demain les frontières de la péninsule ibérique.

Il faut dire que Dani Garcia a décidé très tôt de mettre ses pas dans ceux des grands noms de la gastronomie espagnole. Son premier mentor s'appelle Martin Berasategui (le chef le plus emblématique de la gastronomie ibérique, qui affiche désormais un total de 10 étoiles Michelin à travers tous ses restaurants en Espagne !). Comme son maître, le chef andalou n'a pas attendu longtemps avant de décrocher sa première étoile, puisqu'il a été distingué par le guide dès l'âge de 25 ans (au restaurant Tragabuches de Ronda).

 

"Ma capacité d'émerveillement reste intacte"

C'est le vrai début dune carrière marquée par le souci constant de se remettre en question : "Je vis la cuisine avec la même intensité qu'il y a vingt ans, et je continue d’admirer toujours autant, sinon plus, Juan Mari Arzak, Martin Berasategui, Joan Roca ou Ferran Adrià... Ma capacité d'émerveillement reste intacte, mais aussi l'envie d’apprendre et d’évoluer." Même si, au lendemain de sa troisième étoile, le chef andalou goûte au plaisir de cette consécration.

"Je crois que c'est la première fois que je profite vraiment d'une nouvelle étoile : il y a dix-huit ans, je n'avais pas vraiment pris conscience de la valeur d'un telle reconnaissance ; le deuxième macaron, qui a coïncidé avec mon retour à Marbella, a plutôt été un soulagement, mais cette troisième étoile, c'est vraiment le plus beau jour de ma vie professionnelle."

 

#guidemichelin #danigarcia


Francis Matéo
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services