×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Big Mamma s'implante dans le Vieux-Lille avec La Bellezza

Restauration - lundi 1 octobre 2018 16:38
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lille (59) L'équipe 100% italienne a choisi la capitale des Flandres pour ouvrir son huitième restaurant, le premier en province. Dans un cadre toujours aussi exceptionnel, avec une carte élaborée en toute liberté par le chef Raffaelle Santopaolo.



"On a l'impression de tout recommencer", affirmait Victor Lugger, co-fondateur de Big Mamma, avec une excitation maîtrisée, 24 heures avant l'ouverture officielle de La Bellezza à Lille (Nord), le 29 septembre. Comme Tigrane Seydoux, son associé avec lequel il a fondé le groupe de restauration en 2015, il a eu "un vrai coup de coeur" pour ce lieu implanté dans une ville qu'ils connaissent bien tous les deux et qu'ils apprécient pour "sa convivialité chaleureuse, populaire et gastronomique". Des mots qui collent exactement au concept de l'osteria tradizionale (la taverne traditionnelle) que développent avec succès les deux entrepreneurs.

L'ancienne boutique de tissus Atmosphère, rue Esquermoise, bien connue des Lillois, a dorénavant pris des allures de palais napolitain : les 380 m2 répartis sur deux étages multiplient les ambiances. Fraîche et végétale sous la grande verrière centrale de 7 mètres de long, cosy avec des fauteuils et canapés en velours près de l'immense bibliothèque, encadrée d'impressionnantes tentures toscanes, bistro devant le bar qui affiche ses dix niveaux de bouteilles. L'installation d'un four à bois de 1,3 tonne, lui aussi conçu comme un objet de décoration, a demandé de renforcer le sol de la cuisine avec une dalle de 1,2 tonne de béton. 

Un service de 160 couverts, sept jours sur sept

Comme pour les premiers restaurants parisiens, tout vient directement d'Italie. L'équipe aussi, sur un principe désormais bien rodé. Cinquante personnes, emmenées par le directeur Guillaume Nivet, autour du chef Raffaelle Santopaolo, qui officiait auparavant à Ober Mamma à Paris (XIe), le restaurant le plus instagrammé de France, assurent la cuisine et le service de 160 couverts, 7 jours sur 7. Et quel spectacle ! L'étage ouvert sur la verrière en fait une scène de théâtre, où la troupe montre qu'elle est fort jeune - 23 ans de moyenne d'âge - et très italienne !

À la carte - une carte changeante, élaborée en toute liberté par le chef -, on retrouve les plats "simples, populaires et généreux", précise Victor Lugger, à base de produits de saison sourcés en direct de petits producteurs transalpins, qui font le succès de l'enseigne. Le tout, 100% fait maison, à des prix qui ont fait leur preuve : plats entre 10 et 15 € (pizzas, pâtes, viandes), entrées de 5 à 10 € et dessert de 4 à 7 €. Quinze cocktails italiens sont proposés au bar, sans oublier bières et vins. Confiant dans la suite de l'aventure, Victor Lugger espère servir bientôt entre 500 et 600 couverts par jour. 
 

Emmanuelle Couturier
Journal & Magazine
N° 3780 -
02 septembre 2022
N° 3781 -
16 septembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services