×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Benoit Bernard : "Au-delà de la nourriture, c'est tout l'écosystème qu'il faut revoir"

Restauration - mercredi 31 octobre 2018 11:12
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lambersart (59) C'est à côté de Lille que le chef Benoît Bernard s'est à nouveau posé après un tour du monde et une installation à Madagascar. Il a repris le restaurant-hôtel Les Toqués, à deux pas de son ancien établissement, La Laiterie. Rencontre.



Benoît Bernard : 'Je propose une cuisine un peu bourgeoise à ma façon, pas tendance ni classique.'
Benoît Bernard : 'Je propose une cuisine un peu bourgeoise à ma façon, pas tendance ni classique.'

L’Hôtellerie Restauration : Quelles sont vos impressions depuis votre retour en France ?

Benoît Bernard : Je vois une profession dont l’avenir est en danger. Les gens ne mangent plus comme avant. Les prix des menus n’augmentent pas, voire baissent, et il n’y pas presque plus de consommations d’alcool le midi. Et les difficultés sont de plus en plus grandes pour trouver du personnel français qui veut travailler. Mon équipe [un cuisiner, trois commis et un apprenti en cuisine, trois personnes en salle] est internationale et réunit des salariés d’origine thaïe, africaine et malgache.

Que pensez-vous de la tendance bistronomique et locavore, vous qui les aviez mises en œuvre à La Laiterie il y a plus de dix ans, quand elle ne portait pas encore son nom ?

Il y a dix ans effectivement, je ne savais pas que ça s’appelait comme ça ! J’avais un déjà un jardin, après le rachat de La Laiterie. Je ne trouvais d’ailleurs personne pour s’occuper du jardin… Quant au locavore, ici dans le Nord, ce n’est pas possible, à moins de manger des légumes-racines pendant six mois. Les plats maison à 8 €, je l’avais fait au Cheval blanc à Tourcoing encore avant : je n’avais pas de sous à l’époque, il fallait bien faire quelque chose ! Quant aux vins nature, j’avais enlevé les bordelais de la carte à La Laiterie.

Et cette attention plus soutenue à l’écologie et au bio dans les assiettes ?

Le bio ne doit pas être une marchandise, mais un style de vie complet, un art de vivre. Au-delà de la nourriture, c’est tout l’écosystème qu’il faut revoir. Ici, on n’a pas besoin de bouger pour polluer : le téléphone portable et internet sont parmi les plus gros polluants ! On ne peut pas continuer comme ça, même si c’est déjà trop tard…

Quels sont vos projets pour Les Toqués ? Quelle cuisine voulez-vous proposer ?

Je suis en location-gérance avec une option de rachat qui est bien partie, avec cinq chambres d’hôtes et un appartement. Je propose une cuisine un peu bourgeoise à ma façon, pas tendance ni classique, mais avec la mise en avant des produits dans les assiettes, avec de la générosité, du volume, de la chaleur. J’aime qu’il y en ait aussi dans l’accueil et une belle carte des vins. Je vais aussi vendre des épices de Madagascar.

#BenoitBernard #Lambersart #LesToques


Emmanuelle Couturier
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services