×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

The French Taste, la néo-brasserie aéroportuaire de Guy Martin

Restauration - vendredi 27 juillet 2018 10:04
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

75 - Paris À l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, le chef doublement étoilé du Grand Véfour a créé un lieu accessible, avec une cuisine fondée sur le bien-être.



Après le succès de son restaurant I love Paris, élu meilleur restaurant d'aéroport du monde en 2016, le chef doublement étoilé Guy Martin retrouve l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle au restaurant The French Taste. Il s'agit du deuxième partenariat avec Areas, filiale du groupe Elior, et Aéroport de Paris (ADP). Des deux côtés, il paraissait naturel de renouer l'alliance pour proposer une nouvelle formule destinée à une autre clientèle.

Située au terminal 2F - qui accueille majoritairement des passagers à destination de l'Europe -, l'adresse, ouverte en mars dernier, résonne avec son environnement. "Le chef Guy Martin a compris ce à quoi devait ressembler une offre aéroportuaire, avec ses services et ses talents", souligne Mathieu Daubert, directeur clients du groupe Aéroport de Paris. "En termes de restauration, le terminal 2F est important et l'excellence culinaire française devait y avoir sa place en plus des autres offres variées", ajoute t-il.

Le chef a voulu créer un endroit accessible à tous, avec une cuisine contemporaine adaptée aux contraintes des passagers. "En vingt à trente minutes, nous sommes capable de servir un plat. Pour les clients qui ont du temps, on élabore davantage. En salle, les serveurs demandent les contraintes horaires au préalable, afin de s'ajuster à chacun", explique le chef. Le menu express à 26 €, par exemple, est composé d'un nem végétal et d'un burger de boeuf. Les mets, eux aussi, sont adaptés au contexte aéroportuaire.

 

"Une cuisine française et ouverte au monde"

L'esprit du Grand Véfour à Paris (Ier), restaurant que Guy Martin possède depuis 2011, règne au sein de cette brasserie néo-classique. Le chef associe des produits du terroir au bien-être. "Ce n'est pas une cuisine d'assemblage mais une vraie cuisine, ajoute-t-il. La philosophie est la même qu'au Grand Véfour : donner le meilleur de nous-mêmes avec de beaux produits." À la carte, nem végétal au shiso vert, duo de saumon fumé, foie gras de canard, salades, burger de boeuf, dos de cabillaud, maigre poêlé sur la peau, tartare de filet de boeuf... Sans oublier le plat signature : le Parmentier de queue de boeuf à la truffe. En plus des classiques, beaucoup de légumes et de poissons pour ajouter de la fraîcheur. Les entrées varient entre 11 et 17 €, les plats entre 16 et 31 € (outre le plat signature à 70 €) et les desserts vont de 9 à 13 €. En plus d'un menu classique à 39 €, des planches (fromages, charcuterie ou végétarienne) sont proposées à tout moment de la journée. Un petit déjeuner complète l'offre.

Signée par l'architecte Charles Zan, la décoration s'inspire du Palais-Royal où se trouve le Grand Véfour. La salle offre une ambiance moderne avec des tables en émail noir, des chaises Thonet et des banquettes vert-sauge. À cela s'ajoutent des touches dorées et des miroirs contournant la salle, avec un jeu de lumières. Le lieu se veut incarner l'art de vivre à la française, afin que les étrangers puissent profiter jusqu'au dernier instant de leur voyage en France.

Camille Borderie