Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Un commando vegan attaque deux restaurants de viande

Restauration - lundi 25 juin 2018 16:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Lille (59) Face aux importants dégâts causés par les attaques d'extrémistes vegan, les restaurateurs visés portent plainte et reçoivent des soutiens inattendus…des vegans eux-mêmes.



Vitrines brisées par des pavés, murs extérieurs tagués en rouge de slogans anti-viande : deux restaurants lillois, Canard Street, dédié au canard, et la rôtisserie des 3 Coqs - spécialisée dans la volaille - ont été la cible d'attaques de vegans extrémistes à deux semaines d'écart. Le commando avait d'abord commencé début juin par s'en prendre à des magasins de métiers de bouche - une boucherie, une poissonnerie - avant de passer aux restaurants, tout en marquant, en rouge et noir, les pavés lillois de leurs messages radicaux.

Des procédés violents qui se répètent

Canard Street a été attaqué dans la nuit du dimanche au lundi 4 juin. Nicolas Drouault et Grégoire de Scorbiac ont découvert leurs quatre vitrines taguées brisées le lundi matin. "La caméra intérieure qui filme l'entrée a montré deux personnes cagoulées, vers 4 heures du matin", raconte Nicolas Drouault. Les deux jeunes associés portent plainte immédiatement - plainte qui s'ajoute à celles des autres commerces déjà attaqués. Les vitrines n'ont été remplacées que deux semaines plus tard, pour un coût de 6 000 euros "normalement pris en charge par l'assurance", assure Nicolas Drouault, qui ne comprend pas l'utilité de cet acte qu'il qualifie de "délinquance extrémiste". 

Si la mairie de Lille leur a témoigné de son soutien en se portant partie civile, c'est surtout sur les réseaux sociaux que les réactions ont été les plus virulentes. En réaction à la diffusion de la photo des vitrines cassées, les deux jeunes dirigeants ont reçu 1 527 commentaires de soutien et d'indignation. Les vegans ont d'ailleurs été les plus horrifiés des internautes.

Le même scénario s'est répété aux 3 Coqs, le 21 juin. Emmanuel Goffaux, directeur associé, ne mâche pas ses mots : "C'est inacceptable. Il n'y pas de mots pour décrire une telle lâcheté". Les 17 mètres de vitrine sont aussi à changer.

C'est donc la quatrième attaque du genre en un peu plus d'un mois, après une poissonnerie, une boucherie et un restaurant de canard. Inacceptable, d'autant plus que Canard Street propose deux plats végétariens et les 3 Coqs des accompagnements exclusivement végétaux…


Emmanuelle Couturier
Journal & Magazine
Services