Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Un jour, une étoile : Nikolaz Le Cheviller : "Ma gastronomie est un équilibre entre deux terroirs"

Restauration - mercredi 7 mars 2018 14:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Porto-Vecchio (20) Le chef breton vit la Corse comme son pays d'adoption et sa gastronomie "comme un pont entre deux cultures".



Breton d'origine, le chef Nikolaz Le Cheviller a débuté sa carrière en saison sur la Côte d'Azur et à Courchevel. C'est sa rencontre avec Franck Broc, alors chef à La Messardière à Saint-Tropez (Var), qui l'a amené à la gastronomie.

Arrivé en Corse du sud en 2010, le chef a successivement travaillé à l'hôtel Cala Rossa puis à l'hôtel Le Belvédère, avant de rencontrer Paul Andreani, propriétaire d'U Santa Marina, à Porto-Vecchio (Corse) : "On avait tous les deux le même objectif étoilé, on a travaillé pour ça." Moins de deux ans après son arrivée, l'objectif est atteint. "Quand on a eu l'appel du guide, ça a été l'euphorie totale, se remémore-t-il. Ce sont nos Oscars, c'est une reconnaissance extraordinaire pour un cuisiner."

Installé en bord de plage de Pâques à la Toussaint, avec la baie de Santa Guilia en décor, U Santa Marina associe cadre paradisiaque et gastronomie de qualité. Avec un service uniquement au dîner et des clients en vacances, l'ambiance est décontractée tandis que le service place l'humain au centre de la relation.


"Je suis tombé amoureux de la cuisine méditerranéenne"

Avec son équipe de 7 personnes en cuisine, Nikolaz Le Cheviller réalise une gastronomie qui mêle ses souvenirs d'enfance en Bretagne au terroir corse, en utilisant les meilleurs produits des deux régions. "Le plus dur pour un cuisinier, c'est de trouver sa signature personnelle, mais après un an pour m'approprier l'établissement, je l'ai trouvée et affirmée. C'est un mariage entre deux cultures, un équilibre de saveurs entre deux terroirs", confie-t-il.

Ainsi, le chef utilise aussi bien l'oignon de Roscoff que l'oignon de Sisco, la langoustine du Cap Corse est associée à un jus de carapaces, pommes et chouchen tandis que le tartare de Méditerranée, préparé au citron confit au sel, est servi avec du sarrasin torréfié. "En arrivant dans le Sud, je suis tombé amoureux de la cuisine méditerranéenne. Si j'ai abandonné la crème et adopté l'huile d'olive pour sa fraîcheur, le beurre reste un incontournable pour apporter de la rondeur au plat."

#Michelin 2018 #NikolazLeCheviller #USantaMarina 
#UnJourUneEtoile

Marie Tabacchi
Nombre couverts moyen par jour : 40-45
Ticket moyen : 80 €, hors boissons
En complément :
 Retrouvez tous les articles sur les nouveaux étoilés Michelin 2018
  Un jour, une étoile : Tartare de loup sauvage au citron confit, croustillant de sarrasin torréfié
Journal & Magazine
Services