×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Vers la chute du burger - Édito du journal du 26 octobre 2017

Restauration - mercredi 25 octobre 2017 10:01
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


En France, le burger a connu une progression quasi surréaliste. En quinze ans, ses ventes ont été multipliées par treize ! Selon les chiffres de Bernard Boutboul, directeur général du cabinet Gira Conseil, 1,34 milliard de burgers ont été consommés en 2016 (+ 12 % environ en un an). En restauration commerciale, un repas sur trois est un burger et, pour 75 % des restaurants avec service à table, il en est la meilleure vente. Ainsi, parti d'une image très fast-food, le petit pain rond garni d'un steak a grandi, est monté en gamme, s'insinuant dans le fast-casual voire dans la gastronomie. Au fil du temps, les McDonald's, Quick et autre Burger King ont vu arriver Blend, Big Fernand ou Bioburger avec leur offre premium. Avec Five Guys, Steak'n Shake et Carl's Jr, débarque une deuxième vague d'enseignes qui revendiquent leur goût de l'Amérique et fondent de grands espoirs sur l'Hexagone. La concurrence fait rage, mais ne serait-on pas proche de l'overdose ? C'est à craindre.
Pour Nicolas Nouchy, directeur de CHD Expert, avec la multiplication des points de vente, l'offre a dépassé la demande. Ainsi, selon un récent sondage effectué par son cabinet, une part non négligeable des personnes interrogées a déclaré avoir réduit sa consommation de burgers sur les douze derniers mois. "Nous sommes probablement en train d'approcher la période d'apogée du burger", prévoit-il, anticipant dans les trois ans à venir "un choix du consommateur vers une solution burger au détriment d'autres, et vers de nouvelles denrées de consommation au détriment du burger".

Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Développer votre créativité culinaire par combinaison
par Gilles Charles
Services