×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Les Grands Verres, un concept multiforme au Palais de Tokyo

Restauration - lundi 11 septembre 2017 15:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Le groupe Quixotic Projects a remporté l'appel d'offres pour le renouvellement de la concession du Palais de Tokyo, centre d'art contemporain. Un challenge de taille.



Carina Soto Velasquez, Adam Tsou et Joshua Fontaine, les trois entrepreneurs plus connus sous le nom de Quixotic Projects, et reconnus grâce à ses établissements parisiens aux identités singulières (le Mary Céleste et Candelaria dans le Marais, Glass à Pigalle, Hero à Strasbourg Saint-Denis) ont franchi une nouvelle étape en décrochant ce grand espace dans un musée parisien. L'équipe de trentenaires a monté un projet qui répondait aux exigences du cahier des charges : repenser de A à Z l'offre de restauration du Palais de Tokyo, précédemment assurée par Tokyo Eat, et refondre l'identité visuelle et architecturale du lieu. Ils ont mis en place un pool de professionnels (graphistes, architectes, décorateurs…) et tous ensemble ils ont imaginé un bar-restaurant qui doit plaire à leur clientèle habituelle jeune et branchée, avec leur expertise « cocktails », mais aussi aux visiteurs du musée qui viennent en famille et quel que soit leur âge, sans oublier les habitants du quartier. Le tout avec une offre prix accessible. 

Aussi les Grands Verres se divisent en plusieurs espaces. La partie Ready Made se compose d'un bar en béton, des tables et des gradins offrant 50 places assises. Ici, avec un ticket moyen à 8 euros (formule à 10 euros : salade ou taboulé + soupe + boisson sans alcool), des tartes chaudes, salades, gâteaux (au yaourt et fraises, au sumac et chocolat ou au curcuma) : cela fonctionne en continu 6 jours sur 7. On passe alors à la partie restaurant, avec son bar de 13 m de long derrière lequel une enfilade de becs de tirage qui distribuent des bases de cocktails pré-préparées, du vin, des alcools, tout pour un service rapide, et qui accueille 26 couverts dont deux sièges derrière le comptoir afin d'être au plus près du bartender. Dans cette grande nef, signée par Lina Ghotmeh-Architecture, des tables en alcôves pour un total de 170 places dans un espace minéral où cohabitent terre, bois bruts et métaux patinés. Au fond, une verrière semi transparente avec vue sur la Tour Eiffel constitue un espace privatisable. « Nous créons des endroits pour nous, pour nos amis. A chaque fois, nous avons choisi des quartiers et des formats différents. Le Palais de Tokyo, c'était un très beau challenge sur lequel nous travaillons depuis 2016 », dit Joshua Fontaine, l'un des associés. Une terrasse de 168 places vient compléter l'offre. Les Grands Verres sont ouverts 7 jours sur 7, pour le déjeuner de 12 h à 15 h et de 19 h à 23 h. 25 collaborateurs en salle et 20 en cuisine sont nécessaires pour assurer les nombreux services.

La cuisine, que l'on aperçoit de la salle, se trouver sous la direction du chef américain Preston Miller. « Nous avons voulu une cuisine de produits frais, de saison et à l'accent méditerranéen avec pas mal d'épices », explique Joshua Fontaine. Au menu : salade de fattoush, pita, citron, sumac et herbes (10 euros), Seiche, purée de dattes, concombre grillée, amande, yaourt et chili (22 euros), Cabillaud, courgette cuite au charbon, pistache, pesto à la coriandre (23 euros). Mais aussi des entrées à partager ou des grands plats (ragoût de fruits de mer pour 4 à 95 euros : moules, palourdes, sauce tomate épicée, boulgour et rouille). L'adresse avec ses 200 suspensions en verre, ses cocktails, ses plats à partager, mise sur la convivialité et une déco magistrale. Les retours sont encourageants malgré une ouverture estivale. 

Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services