Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Franck Putelat passe à l'heure nîmoise

Restauration - mercredi 26 juillet 2017 16:02
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Nimes (30) Le chef doublement étoilé à Carcassonne est acteur du projet qui a décroché le marché de la restauration au musée de la Romanité dont l'ouverture est prévue dans un an.



Le musée de la romanité est encore en chantier, mais Franck Putelat sait précisément ce qu'il veut faire du futur restaurant.
Le musée de la romanité est encore en chantier, mais Franck Putelat sait précisément ce qu'il veut faire du futur restaurant.

Pour la troisième fois en quelques années, Franck Putelat le chef doublement étoilé du restaurant Le Parc, à Carcassonne, fait parler de lui dans le Gard. Après avoir été consultant pour l'hôtel Imperator, puis avoir placé son second, Oscar Garcia, à la Maison d'Uzès, il vient de décrocher le marché de la restauration au sein du futur musée de la Romanité, à Nîmes. "En fait, j'ai été intégré au dossier porté par Frédéric Sanchez, le directeur commercial du groupe Les hôtels de Nîmes, car selon les contraintes imposées par la mairie dans le cadre de l'appel à candidatures, un chef deux étoiles Michelin devait être présent. Dans mon cas, je suis donc à la fois conseiller culinaire et conseiller financier."

En parallèle avec son restaurant gastronomique, Franck Putelat a ouvert, il y a tout juste un an et toujours à Carcassonne, la brasserie A quatre temps. Un lieu dont le succès ne se dément pas depuis. "Cette expérience est essentielle. J'ai donc accepté d'être l'un des acteurs de l'opération nîmoise à la seule condition de pouvoir m'inspirer de ce que je sais faire, c'est-à-dire une formule qui répond bien à l'attente des clients."


Vue sur les arènes

L'appel d'offres aux contraintes assez lourdes intègre deux lieux. Au rez-de-chaussée du musée, un café que Franck Putelat veut décliner dans un esprit salon de thé et glacier l'après-midi et avec une restauration très légère, mais pas de cuisine à proprement parler.

Le restaurant se situera au dernier étage du musée. "Nous aurons 60 couverts en salle et autant en terrasse avec vue sur les arènes juste à côté. Là, j'ai pour mission de trouver le chef qui sera aussi un gestionnaire et dans lequel j'aurai confiance à 200 %. Le reste du personnel, une vingtaine de salariés, sera recruté par le porteur du projet. Ce restaurant bénéficiera d'une entrée indépendante avec son propre ascenseur. Nous ne serons donc pas tributaires des horaires d'ouverture du musée. Au déjeuner - de midi à 15 heures -, nous proposerons une formule à 18 € en trois services et un menu à moins de 32 € qui sera également servi au dîner - de 19 heures à 23 heures -, car j'ai pour objectif d'obtenir un Bib gourmand."

La carte changera à chaque saison et les grands classiques de brasserie occuperont une place de choix au même titre que l'incontournable brandade de Nîmes.

Le musée ouvrira ses portes le 2 juin 2018 et le restaurant, si possible, un peu avant.


Jean Bernard