×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Alain Passard ranime les sens au Palais des beaux-arts de Lille

Restauration - mercredi 7 juin 2017 16:47
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lille (59) Le chef étoilé est la vedette du troisième Open Museum du musée lillois. Depuis le 8 avril et jusqu'au 16 juillet, il a été invité à réveiller le musée par ses propres oeuvres et celles d'artistes invités. Une première, pour lui comme pour le musée.



Un cuisinier au musée ? C'est l'idée de Bruno Girveau, directeur du Palais des beaux-arts de Lille (Nord), qui n'a pas choisi Alain Passard par hasard :  c'est "un cuisinier avec un sens de l'éthique et une déontologie qu'il cultive depuis vingt ans". Suivant l'inspiration du chef, qui recherche l'épure pour aller à l'essentiel, plusieurs thèmes sont évoqués dans son Open Museum : l'inventivité de l'enfance, les jardins et saisons, la marée, le feu, la gourmandise, la tension régnant dans la cuisine pour offrir en salle une expérience exceptionnelle. 

Bronzes et collages

Au menu de ces trois mois d'exposition, on retrouve les oeuvres de plus de vingt artistes contemporains et modernes, en dialogue avec les oeuvres du musée, aux côtés des collages et des bronzes d'Alain Passard et des vidéos de son complice Jean-Bernard Magescas. Le chef de l'Arpège imagine la violence en cuisine au travers de crustacés en bronze (Le Homard ou Tango à Chauzey ; Combat de dormeurs), et réserve aux légumes la légèreté et la poésie de collages sur fond blanc.

On retrouve le cuisinier dans un très beau montage d'une vidéo du chef aux fourneaux, incrustée dans le gobelet d'argent d'un tableau de Chardin. Les fourneaux sont aussi évoqués à travers des oeuvres sonores : Les marmites enragées (et chantantes !) de Pilar Albarracin, et Le Chant du feu, que le chef a fait crépiter dans une superbe cheminée turque. Il a tenu à faire parler les sens. "Cette exposition est une conjugaison de saveurs, de textures, de parfums. Je veux qu'en sortant, vous alliez vous faire une belle assiette", conclut Alain Passard.

Emmanuelle Couturier
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services