×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

À l'Auberge de Valestalière, le chef vote à domicile

Restauration - lundi 24 avril 2017 10:26
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Monoblet (30) Lors de chaque scrutin, le bar de l'établissement est transformé en bureau de vote. Une situation qui ne perturbe pas trop le travail de Benoît et Marlène Vanoverbeke.



Au moment de voter, Benoît Vanoverbeke n'a que quelques mètres à faire pour passer de la cuisine au bar de son auberge.
Au moment de voter, Benoît Vanoverbeke n'a que quelques mètres à faire pour passer de la cuisine au bar de son auberge.

Depuis des décennies, les électeurs de Valestalière (Gard) n'ont pas besoin de se rendre à la mairie de Monoblet pour accomplir leur devoir électoral : direction l'école du village. Sauf que l'établissement, n'ayant plus d'élèves à accueillir, est devenue une auberge.

"Nous avons repris l'affaire en 2010 et en 2012, pour l'élection présidentielle, nous avons hébergé un bureau de vote décentralisé. Cela fait partie des clauses du contrat qui nous lie à la commune. En effet, même devenu un restaurant, le bâtiment appartient toujours à la mairie et il est bien précisé que pour chaque scrutin, nous devons mettre un espace à la disposition des élus", explique Benoît Vanoverbeke, l'exploitant et chef de cuisine.


Un bureau pour 59 électeurs

Si le village compte un peu plus de 700 habitants éparpillés dans un bourg central et quatre hameaux, seuls 59 électeurs sont inscrits dans ce bureau qui occupe la moitié de la salle de bar avec une table où sont disposés les bulletins de vote, un bureau où trône l'urne et l'indispensable isoloir.

"Avec le temps, nous nous sommes organisés. Pour les premières élections, nous étions présents dès 7 heures du matin afin d'ouvrir le restaurant et de permettre aux élus de s'organiser. Maintenant que nous nous connaissons bien, nous leur laissons la clé et nous pouvons arriver un peu plus tard", poursuit le cuisinier. Benoît Vanoverbeke peut donc abandonner son espace de travail et même laisser une poêle sur le feu quelques secondes pour aller voter. De nationalité néerlandaise, l'épouse du chef, Marlène Vanoverbeke, ne vote pas en France.

"Cela crée une animation conviviale et oblige d'une certaine façon tous nos voisins à venir nous dire un petit bonjour. Mais cela bouscule aussi un peu notre organisation car le dimanche nous affichons complet en général." Ce dimanche 23 avril, à l'heure de débuter le service, près de la moitié des électeurs avaient déjà franchi la porte du bar pour voter. Avec une petite pointe d'émotion, Ginette Pantel a retrouvé l'école ou elle a suivi sa scolarité au tout début des années 1960. "Après l'école, c'est devenu une salle de réunion puis une auberge. C'est ainsi que je la préfère !"


Jean Bernard
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services