×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Euro-Toques continue le combat pour la qualité du produit et la biodiversité

Restauration - mardi 21 février 2017 10:06
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Deauville (14) Le lobby pour la défense du produit, fondé il y a 31 ans par Paul Bocuse, poursuit sa lutte en adoptant lors de son congrès à Deauville une « motion à voter contre l'invasion de l'agrochimie dans nos assiettes » qu'il va soutenir jusqu'à Bruxelles.



Réunis au Normandy Barrière à Deauville pour leur congrès annuel, les membres d'Euro-Toques France.
© Louise de Murard
Réunis au Normandy Barrière à Deauville pour leur congrès annuel, les membres d'Euro-Toques France.

Lors de son congrès annuel, Euro-Toques France, seul groupement de chefs à bénéficier d'une présence permanente à la Commission européenne de Bruxelles, a tiré à son tour le signal d'alarme contre les conséquences du rachat de Monsanto par Bayer. « Ce nouveau mastodonte des semences et pesticides a une ambition : contrôler toute la chaîne alimentaire, de la terre où poussent les semences jusqu'à l'assiette du consommateur. Son ambition ? Accroître ses bénéfices au mépris de la biodiversité et de la santé des populations », a expliqué Bernard Fournier, président honoraire Euro-Toques France, à ses collègues. Le mouvement a voté une motion qui va se transformer en lettre ouverte au prochain ministre de l'Agriculture de la France. Elle sera aussi soumise aux autres branches européennes d'Euro-Toques (2000 membres au total dont 250 en France) qui ne devraient pas manquer de la signer. En parallèle, Michel Roth et Guillaume Gomez, co-présidents Euro-Toques France, vont oeuvrer auprès des associations de professionnels afin de les convaincre de rejoindre ce combat. « Nous sommes la seule association à être représentée à Bruxelles et donc la seule à pouvoir être écoutée. Rejoignez-nous ! Organisons un front commun pour avoir encore plus de chance d'être entendus ! », lance Guillaume Gomez. Pour finir, le texte ainsi soutenu sera présenté à la Commission européenne voire au Parlement européen.

Euro-Toques mène également d'autres combats de longue haleine, que ce soit sur l'étiquetage des produits frais, qui permet de savoir exactement d'où provient le produit. Cette mesure essentielle a été votée au niveau européen, mais le décret d'application tarde. La mobilisation contre l'obésité infantile est toujours aussi forte. Lors du congrès, le docteur Thierry Hanh a rappelé qu'en France, un enfant sur 5 est en surpoids (1,7 million d'enfants) et 400.000 sont obèses. Et les projections à 2025 sont alarmantes. Il salue la charte du menu enfant de l'association qui instaure le menu équilibré (moins de gras, de sel et de sucre), tout en veillant à une présentation ludique. Une charte qui devrait être développée au niveau national et européen.

Euro-Toques veut fédérer, non seulement parce que l'union fait la force mais parce qu'un état d'esprit de partage lie ses membres. « Nous souhaitons trouver plus de référents en région, tisser un maillage plus dense », souligne Michel Roth. « Notre combat, c'est la défense du produit, ajoute Guillaume Gomez. Il faut que nous soyons mobilisés afin de nous faire entendre. Rejoignez-nous ! »

Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Implanter et équiper son restaurant
par Jean-Gabriel du Jaiflin
Services