×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Après la Drôme, Jean-Luc Rabanel s'investit dans l'Hérault

Restauration - mercredi 11 janvier 2017 10:03
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Montpellier (34) Le chef arlésien a officialisé son partenariat avec le restaurant Atipico, à Montpellier, avant d'accompagner dans quelques mois un projet ambitieux à La Grande-Motte.



Guillaume Ruiz (à gauche) et Jean-Luc Rabanel (à droite) et l'équipe qui donne un nouvel élan au restaurant Atipico.
Guillaume Ruiz (à gauche) et Jean-Luc Rabanel (à droite) et l'équipe qui donne un nouvel élan au restaurant Atipico.


Au cours des dernières semaines de 2016, Jean-Luc Rabanel s'était engagé auprès du Moulin de Valaurie (Drôme), établissement auquel il apportait depuis quelques mois déjà bien plus que des conseils. Début janvier dernier, le chef deux étoiles Michelin et cinq toques Gault&Millau avait fixé le rendez-vous à l'ouest d'Arles (Bouches-du-Rhône), son port d'attache. Direction Montpellier, ville qui l'avait déjà accueilli à la fin des années 1980, pour découvrir comment il a entrepris de transformer le restaurant Atipico, dans le quartier du Millénaire. 

"En fait le principe est le même. J'étudie ce qu'il se fait et je vois ce que je peux apporter en matière de cuisine, de service et de gestion. Et c'est seulement quand j'ai le sentiment que le lieu ressemble à ce que je voulais en faire que j'accepte d'apparaître en première ligne, non pas comme quelqu'un qui conseille mais bien comme quelqu'un qui agit avec le soutien de ses équipes." 

Et aujourd'hui, s'il appose plus qu'une signature dans la préfecture héraultaise, c'est parce qu'il a accepté, un peu plus tôt, d'accompagner avec la même implication un projet qui aura pour cadre La Grande-Motte, la station touristique située à une vingtaine de kilomètres de là.

 

L'Hôtel de la plage en version 5 étoiles

Cette opération portée par Guillaume Ruiz a pour but de transformer L'Hôtel de la plage dont il est propriétaire avec son père depuis plus d'une décennie et de le hisser au niveau d'un cinq étoiles, le premier de la station. "C'est un projet dont j'ai discuté avec Jean-Luc Rabanel au cours d'un repas de fin d'année, pris avec mes salariés dans son restaurant d'Arles. Quelques semaines plus tard, il a découvert le lieu et, au début de l'été 2016, nous avons validé un accord afin qu'il prenne la direction de l'ensemble de la restauration. Depuis, les travaux ont débuté pour mettre au niveau les 30 chambres et suites et aménager les différents espaces. En particulier le restaurant où le chef, avec une équipe qu'il aura formée, va exprimer sa passion pour la gastronomie du végétal." L'investissement pour cette transformation s'élèvera à 4 M€.

Toujours à La Grande-Motte, le chef d'entreprise et Pascal Meyer, son associé, ont fait l'acquisition de l'hôtel Le Méditerranée et de son restaurant Le Prose. Une structure qui sera classée quatre étoiles et offrira 40 chambres rénovées dès son ouverture, dans quelques semaines. "Mais là, nous ne ferons pas appel au chef Rabanel, dont le nom et la présence seront réservés à L'Hôtel de la plage."

En parallèle, Guillaume Ruiz a créé le restaurant Atipico en août 2015 dans une zone d'activités où travaillent 7 000 personnes, au rez-de-chaussée d'une résidence hôtelière Lagrance-City. "Mais je suis plus hôtelier que restaurateur et, pendant un an, nous avons vivoté. Quand Jean-Luc Rabanel a accepté de donner un nouvel esprit au lieu, le résultat s'est rapidement fait sentir au point que nous allons aussi servir au dîner en fin de semaine." Au programme, un menu-carte en trois services à 32 €, une ambiance contemporaine, une vaste terrasse et même un parking-privé...

Jean Bernard
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services