×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

27 restaurants du port de Saint-Laurent-du-Var ferment pour six mois

Restauration - jeudi 15 décembre 2016 16:39
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Saint-Laurent-du-Var (06) Après plusieurs années de contentieux avec les services de l'État, les établissements ont entamé leur mue cet hiver. Une période difficile, mais les professionnels veulent rester optimistes.



Le changement tant attendu a débuté en octobre sur le port de Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Maritimes). Pour se mettre en conformité vis-à-vis du domaine public maritime suite à des extensions jugées abusives, le Yacht Club, qui gère le port, a lancé une vaste opération de rénovation en deux temps. Les restaurateurs du quai La Pérouse, premiers concernés, ont dû quitter les lieux en octobre pour laisser place aux pelleteuses. 

La rénovation, d'un montant de 5,9 M€, inclut la destruction de toutes les extensions et la remise à neuf de la promenade située au-dessus des restaurants. Les façades vont être harmonisées pour laisser place à des terrasses aux normes, plus petites et uniformes, et les loyers passeront de 118 € à 191 € du mètre carré. La livraison des bâtiments est fixée au 13 mars prochain, si les travaux sont achevés dans les délais. Les restaurateurs devront alors prendre le relais pour tout le second oeuvre : peinture, plomberie, cloisons, revêtement mural et au sol, électricité, climatisation et installation du moteur d'extraction.


Report des échéances bancaires

Avant cette fermeture, les restaurateurs ont été accompagnés par la CCI Nice Côte d'Azur et le Fafih. Les employés des restaurants sont en chômage partiel et bénéficient d'un cycle de formations durant ce temps de fermeture. Michel Martinez, associé de l'établissement La Gourmandise, a mis à profit ces six mois pour envoyer ses quatre employés en formation d'assistant d'exploitation et d'anglais. "Ainsi, je pourrai déléguer encore plus facilement", explique-t-il. 

"D'autres restaurateurs ont opté pour des stages de sommellerie, d'informatique ou encore de cuisine", explique Hélen Dardoize, membre de l'Association des commerçants du port de Saint-Laurent-du-Var. "Malgré le projet de rénovation, nous n'avons pas attendu et nous avons tout refait en 2012 en engageant un prêt auprès de notre banque, souligne Michel Martinez. Heureusement, cette dernière a accepté le report du remboursement durant le temps de la fermeture." 

Car le problème majeur pour les gérants des restaurants en travaux, c'est l'absence de revenus car eux ne sont pris en charge par aucun organisme. De plus, "l'Urssaf ne joue pas le jeu, nous avons dû constituer une grosse trésorerie avant la fermeture pour pouvoir régler toutes les avances sur salaire avant remboursement par la Direccte.Le chef d'entreprise est toutefois très optimiste pour la suite : "Le port avait vraiment besoin de ces travaux. Là on repart à neuf, on entre dans une nouvelle dynamique." Les atouts de ces restaurants sont en effet nombreux, car en plus d'être remis à neuf, le port de Saint-Laurent-du-Var bénéficie d'une accessibilité des centres névralgiques et de l'autoroute, ce qui permet aux restaurateurs de "bien tourner toute l'année". "Nous allons attirer de nouveaux clients, grâce à la nouvelle promenade piétonne et la voie cyclable au-dessus de nos enseignes."

 

Informer les clients

Une poignée de restaurateurs a choisi de déplacer leur établissement en prenant une location éphémère, notamment sur le môle ouest encore ouvert. "Pour nous, cela était trop coûteux et nous avons donc renoncé à cette option. La réouverture reste notre priorité", poursuit Michel Martinez, qui attend avec impatience de pouvoir programmer la nouvelle installation du restaurant. 

Pour les restaurateurs du môle ouest, la première réunion visant à planifier leur rénovation vient d'avoir lieu, sans calendrier définitif. Dans cette attente, les quatre restaurants ouverts veulent surtout le faire savoir : "Nous avons fait réaliser quatre grandes banderoles placées aux entrées du port, pour que les clients sachent que nous sommes là, explique Hélen Dardoize, propriétaire du Ship. Nous communiquons également sur nos sites et pages Facebook."

Stéphane Carles, propriétaire du Rony's, a misé sur le bouche à oreille : "Nous avons informé nos clients habitués avant les travaux. Malgré tout, nous avons encore deux à trois appels par jour de clients qui s'inquiètent de savoir si nous sommes ouverts ou non." "On s'attendait à un report de clientèle sur nos restaurants, mais les médias se sont focalisés sur la fermeture et les clients pensent que tout le port est fermé", regrette Stéphane Carles. Ces restaurateurs ont bien compris qu'il fallait se serrer les coudes pour que l'image reste positive, et le Rony's, habituellement fermé le soir en cette saison, ouvre durant les travaux pour créer un espace plus animé et attractif pour les clients.

Vanessa Guerrier-Buisine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Reprendre un hôtel : évitez les embûches
par Stéphane Corre
Services