×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Patrice Eschalier ferme son restaurant étoilé de Clermont-Ferrand

Restauration - lundi 21 novembre 2016 12:16
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Six ans et demi après l'obtention d'une étoile Michelin, les restaurant Fleur de sel, à Clermont-Ferrand, a fermé ses portes début novembre. Patrice Eschalier a préféré arrêter l'aventure. Le chef a cédé le fonds de commerce et un bar occupe désormais les lieux, Grain de saveur.

À l'origine de cette décision, un cumul de facteurs négatifs, à commencer par la situation de l'établissement, dans une petite rue de la ville, "avec un manque de visibilité pour la clientèle", souligne le chef. À cela s'ajoutait la concurrence, avec un grand nombre de restaurants semi-gastronomiques. Enfin, la crise économique, qui a touché plus ou moins tous les établissements de haut niveau, et qui a entraîné une diminution de la clientèle. "Depuis trois ans, la fréquentation diminuait." Pour l'établissement, spécialisé dans le poisson et les crustacés et où tout était réalisé maison, l'impact a été sensible. Fleur de sel comptait une vingtaine de couverts et le chef travaillait seul en cuisine, avec un apprenti.

Patrice Eschalier, qui a passé trente-deux ans derrière les fourneaux, prend le désormais temps de souffler un peu, de réfléchir à son avenir, de "voir les opportunités". Et peut-être passer à autre chose que la restauration.
En 2012, le chef étoilé Emmanuel Hodencq avait lui aussi dû fermer son affaire dans le centre de Clermont-Ferrand.


Pierre Boyer
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services