×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Tendance : l'identité régionale dans la restauration

Restauration - mardi 18 octobre 2016 15:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Originaires de Haute-Loire ou des Landes, des chefs installés à Paris puisent dans leurs racines pour donner plus d'identité à leur cuisine et à leur établissement.



À son premier bistrot parisien (Paris, VIe), François Gagnaire a donné le nom d'Anicia, le nom latin du Puy-en-Velay (Haite-Loire). L'ambassade d'hier laisse place à un lieu ancré dans son époque. La région n'apparaît pas ou peu dans le nom, mais l'empreinte est là à travers les recettes et les relations nouées avec les producteurs et les artisans. "Une cuisine qui raconte une histoire, avec l'humain au centre de tout", c'est la définition du restaurant selon le chef. "Au Puy-en-Velay, il était parfois difficile de répondre aux gens du cru qui ne voulaient pas forcément manger les produits qu'ils connaissent et aux clients venus d'ailleurs qui voulaient une cuisine authentique, de terroir. Quand je suis arrivé à Paris, j'ai recommencé tout à zéro. Mais je savais qu'ici, je pouvais faire ma cuisine." Carte autour du caviar de lentilles vertes du Puy et du fin gras du Mézenc (viande de boeuf persillée), plateau de fromages bien présent, photos des fournisseurs, les ingrédients ne manquent pas, le tout dans un cadre de bistrot contemporain.


Mise en valeur des producteurs

Après A Noste et A Mia, Julien Duboué s'apprête à ouvrir Corn'r à la Maison de l'Aquitaine (Paris, Ier). Autour du comptoir de vente à emporter et de la vingtaine de places, l'offre sera consacrée au maïs du Sud-Ouest. Un produit que le chef travaille depuis l'ouverture de ses restaurants et qu'il a eu envie de mettre en avant. Bio, sans gluten et d'une variété endémique à la région, il est le fruit du travail de ses amis producteurs et un idéal terrain de jeu pour lui. La carte sera composée d'une quinzaine de recettes (veggie, basque, asiatique) autour de quatre thèmes : maïsotto, croque-maïs, polenta et salade. Le cadre épuré et blanc exposera une pièce artistique en bois composée de différentes couleurs et variétés de maïs, ainsi que des photos des producteurs.

Caroline Mignot
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services