×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

L'emplacement toujours l'emplacement - Édito du journal du 27 octobre 2016

Restauration - mercredi 26 octobre 2016 12:19
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Lorsqu'il s'agit de s'installer, on entend toujours le même conseil : d'abord l'emplacement, ensuite l'emplacement et enfin l'emplacement. Si l'on peut comprendre cette obsession, les moyens font souvent défaut pour accéder à ces établissements si bien situés. Michel Guérard, Les Prés d'Eugénie (3 étoiles Michelin à Eugénie-les-Bains), qui s'installa la première fois à Asnières (Hauts-de-Seine), s'en souvient : "J'ai racheté le restaurant au tribunal de commerce pour trois sous. Quand je l'ai vu, je me suis demandé ce que j'avais fait." Pourtant, Christian Millau l'a débusqué, l'a médiatisé et le succès aidant, le chef-patron a déménagé. Pour Alexandre Couillon, cuisinier de l'année 2017 pour Gault&Millau, la transformation du petit bistrot de Noirmoutier (Vendée), la création du restaurant gastronomique et - d'ici peu - de chambres, sont autant de signes de dynamisme pour attirer la clientèle là où l'on ne passe pas par hasard.

Alexandre Bourdas tient aussi à son emplacement d'Honfleur. C'est là, dans une ancienne bâtisse, qu'il a obtenu 1 puis 2 étoiles Michelin. Sa notoriété est liée à cette ville. Aussi, lorsqu'il a découvert que la maison devait subir de gros travaux en raison de vices cachés, il a investi. Ce qu'il ne savait pas, c'est que malgré ses prévisions, il irait de Charybde en Scylla. À chaque pierre soulevée, un nouvel écueil, une mauvaise surprise. Les quatre mois de travaux sont passés à neuf. La maison SaQuaNa vient de rouvrir et attend avec impatience le retour des clients qui connaissent l'emplacement si chèrement conservé. La santé de l'entreprise en dépend.


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Développer votre créativité culinaire par combinaison
par Gilles Charles
Services