×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Retour d'expérience : "Je tiens seule mon restaurant"

Restauration - mardi 6 septembre 2016 11:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Bargemon (83) Entre choix d'un métier de passion et les contraintes de la réalité, Virginie Martinetti s'est adaptée pour pouvoir gérer seule son restaurant. Des journées qui n'ont pas de temps mort mais où cette autodidacte s'épanouit.



Installée depuis 2008 à Bargemon, un village de 1300 habitants au coeur du Var (83), Virginie Martinetti tient seule son restaurant, La Pescalune. Entre le choix d'avoir son propre restaurant et la réalité du métier, la restauratrice s'est adaptée. "On est dans un petit village de l'arrière-pays, c'est difficile de trouver du personnel. Je prends de l'aide quand on sert en terrasse mais, finalement, je reste le seul outil de production. Et, quand j'ai un serveur, j'ai l'impression qu'on m'enlève la partie sympa car j'aime avoir ce contact avec mes clients."

La Pescalune est ouvert d'avril à novembre, uniquement le soir, à l'exception du dimanche midi. "Si j'ouvre au déjeuner, il faut que je serve en terrasse, c'est compliqué, alors que le soir en intérieur, c'est gérable seule." Pour préserver la qualité mais aussi la convivialité, elle limite les couverts à une quinzaine. Le restaurant affiche constamment complet.


Savoir s'adapter, une qualité nécessaire

La journée de Virginie Martinetti commence de bonne heure par les courses qu'elle fait sur les marchés alentours ou chez les producteurs locaux. Alors qu'auparavant elle allait chercher son vin au domaine, cette année, elle travaille avec un caviste, ce qui lui fait gagner du temps.

Le rangement et conditionnement lui prennent environ deux heures avant de passer en cuisine pour ses préparations. "Par la force des choses, la carte est courte. Parfois j'adapte ce que je vais cuisiner en fonction du temps qu'il me reste, alors je mise sur le goût." Il y a aussi toutes les petites taches qui prennent du temps, remplir les salières, les carafes, dresser les tables… Les journées n'ont pas de temps mort.

Avec une cuisine ouverte, Virginie Martinetti peut garder un oeil sur sa salle mais doit organiser le service. "Je regroupe l'accueil des clients à 19 h 30. Je les installe, j'amène l'ardoise, je discute avec chaque table, sers les boissons et prends les commandes." Ensuite, elle passe en cuisine. "Les tables sont toutes sur le même rythme, les plats sont envoyés en même temps et débarrassés en même temps. Il y a forcement un peu d'attente mais mon plan de salle est réfléchi pour créer de la convivialité. Souvent, les clients discutent entre eux, j'ai le sentiment de créer du lien et ça, c'est important."

Son point fort? "Savoir s'adapter ! Si c'est un peu long pour certaines tables car d'autres n'en sont qu'à l'apéritif, j'envoie un amuse-bouche pour faire patienter." Plonge, rangement, ménage viennent logiquement compléter les journées tandis que la période hors saison est consacré à l'entretien du restaurant.


"Mon resto, c'est ma vie !"

Si les journées durent en moyenne quinze heures, mais Virginie Martinetti ne s'en plaint pas. "Avoir ce restaurant, c'est un choix que j'ai fait. Mon resto, c'est ma vie ! De toute façon, j'aime quand ça bouge."

Les limites se trouvent toutefois dans la pression d'être seule aux commandes, d'avoir une activité saisonnière concentrée sur six mois et d'avoir peu de temps pour sa vie personnelle. Cette année, un bras cassé avec 5 mois d'arrêt d'activité à mis le restaurant en pause. "Il n'y a plus de rentrées d'argent, il faut pouvoir le gérer mais pendant cinq mois, j'ai pu m'enlever cette pression, je n'avais plus mal nulle part du fait d'avoir moins de stress." Ce qui l'a amené à réfléchir sur la suite à donner. "Étant autodidacte, j'attendais une certaine reconnaissance, que j'ai eu. Mon outil est en place, la clientèle est fidèle, maintenant il faut que je trouve le point d'équilibre entre ce métier qui me passionne et ma qualité de vie", conclut-elle, sans avoir encore trouvé la solution idéale.


Marie Tabacchi
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services