×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Les concours en interne, excellent facteur de cohésion dans un restaurant

Restauration - mardi 4 octobre 2016 16:22
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Les compétitions organisées dans un bistrot, une table étoilée ou un palace permettent de motiver et de renforcer les équipes, mais pas seulement...




Créativité, engagement, progression, les jeunes recrues et les stagiaires n'ont pas toujours la possibilité de faire leurs preuves au quotidien. Avec un peu d'organisation, les concours internes organisés dans un établissement se révèlent être un bon moyen pour observer les équipes, les motiver et renforcer leur cohésion. Chez A Noste (Paris IIe), les concours sont organisés quatre à cinq fois par an. Les candidats se présentent seuls ou en binômes, avec parfois des binômes qui se forment entre cuisinier et serveur pour proposer un accord mets et vin. 

Cette année, au retour des vacances d'été, le thème imposé était la tomate crue et cuite. La mise en pratique et les tests ont eu lieu au restaurant, la veille du concours, pendant la coupure. Le jour dit, les candidats ont passé la matinée et l'après-midi à préparer leur recette, avant la dégustation prévue à 17 heures. Après délibération du jury, formé par le chef Julien Duboué et ses associés, les plats ont alors été annoncés par ordre de préférence, avec des explications pour chacun. 

"Pendant le concours, il y a une petite rivalité entre nous mais en même temps, on n'hésite pas à se demander conseil et à se faire goûter, sans se piquer les idées. C'est bon esprit, bon enfant. En même temps, cela nous permet d'essayer des choses que l'on n'a jamais faites. On note tout, cela nous servira pour plus tard, quand on aura un restaurant", témoigne le gagnant, Marc Marchetti

Julien Duboué confirme : "C'est un moyen de faire s'exprimer le style de chacun, avec le plat qu'il cuisinerait dans son restaurant et sans notre patte à nous. Et il n'y a pas de jugement." Le restaurateur tient à ce qu'il y ait une récompense au bout : "Pour les employés, c'est un repas dans un restaurant étoilé avec mes associés et moi, et les apprentis gagnent un livre dédicacé." Il s'engage également à mettre à la carte le plat, salé ou sucré, du gagnant. 



Échanges et apports réciproques

'Concours interne', Cédric Grolet tient à les appeler ainsi : "Cela met une petite pression au labo" ajoute-t-il. Ils lui ont été inspirés alors qu'il travaillait chez Fauchon et qu'il découvrait le Club des sucrés. Il a su alors qu'il les mettrait en place lorsqu'il aurait une brigade. C'est ce qu'il a fait en 2014, un an après sa nomination en tant que chef pâtissier du Meurice (Paris, Ier). S'il a réussi à organiser un councours par mois la première année, l'événement revient aujourd'hui tous les deux ou trois mois, et de manière fixe, le vendredi à 16 heures. 

Il n'y a aucune obligation mais tout le monde s'inscrit à chaque fois (en dehors des sous-chefs et des chefs de partie, afin d'éviter un malentendu dans la hiérarchie). Cela représente une quinzaine de candidats parmi les demi-chefs de partie, commis, apprentis et stagiaires. Le jour J, chacun présente sa fiche technique, une photo et le produit. Le chef, les sous-chefs et les chefs de partie procèdent à la dégustation, puis c'est au tour des candidats. Tout le monde échange ensuite et participe au vote : "C'est un concours amical, il y a la pression, mais aussi du respect et on rigole", précise le chef. 

Le gagnant remporte une journée à ses côtés pour travailler sur la partie artistique, ainsi que le droit de choisir le thème du prochain concours. "Savoir à quel moment certains peuvent évoluer et être promus parmi les 25 pâtissiers, cela fait partie du management. On voit leur anticipation, leur créativité et le goût", explique Cédric Grolet. Alors qu'il se demandait comment faire évoluer le paris-brest à la carte, celui-ci a vu s'exprimer beaucoup d'idées intéressantes : "Même si je suis le chef, j'ai aussi besoin d'eux pour grandir", souligne-t-il.


Caroline Mignot
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La cuisson sous vide à juste température expliquée
par Bruno Goussault
Services