×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Ex-otage, il rebondit grâce à son métier de cuisinier

Restauration - vendredi 27 mai 2016 16:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Vacherauville (55) Le 16 janvier 2013, le site gazier d'In Amenas, dans le désert algérien, est pris d'assaut par des djihadistes. Alexandre Berceaux, alors chef cuisinier sur la base vie, échappe par miracle à ses ravisseurs. La reprise de son métier de cuisinier, trois ans après l'attaque, est l'aboutissement d'une difficile reconstruction.



Alexandre Berceaux se reconstruit au Relais de Vacherauville, dans la Meuse.
Alexandre Berceaux se reconstruit au Relais de Vacherauville, dans la Meuse.

Alexandre Berceaux, 36 ans, ne supporte plus les feux d'artifice. Les attentats de novembre à Paris l'ont replongé dans les cauchemars qui ponctuent ses nuits depuis l'attaque terroriste d'In Amenas (Algérie), le 16 janvier 2013. Incroyable destin que celui de ce Lorrain, diplômé du lycée hôtelier de Metz : "Après une saison à Val Thorens, je me suis envolé vers l'Irlande comme chef pâtissier puis en Australie avant d'embarquer six mois sur un bateau de croisière d'Ocean Cruises. J'étais chef de partie tournant", se souvient cet hôtelier qui a la bougeotte.

Il retrouve ensuite la terre ferme pendant cinq ans, au Hilton de Londres, jusqu'à ce que son profil de cuisinier-baroudeur n'attire le DRH de CIS.
Cette société marseillaise, spécialisée dans la restauration de l'extrême, apporte le gîte et le couvert aux gens qui travaillent en milieu hostile (plateforme pétrolière, région désertique, pays en guerre…). En mai 2012, il est affecté à la gestion de la base-vie d'In Amenas, un site gazier qui est pris d'assaut par le terroriste Mokhtar Belmokhtar huit mois plus tard. L'attaque se solde par la mort de 40 employés de dix nationalités différentes et de 26 terroristes d'Aqmi. Le cuisinier parvient à se dissimiler sous son lit. Il y restera 40 heures : "La deuxième nuit, des militaires algériens ont frappé à mon carreau, je suis sorti de ma cache car ils étaient accompagnés de deux collègues." Alexandre Berceaux est alors exfiltré par l'armée algérienne puis transféré sur une base de l'US Air Force en Sicile pour être débriefé : "J'ai ensuite été rapatrié jusqu'à Paris. Le retour a été très difficile. Seuls mes parents et Régis Arnoux, mon patron, m'attendaient à Roissy où j'avais demandé de sortir par une porte dérobée afin d'éviter les journalistes."

Il remet son tablier de cuisinier et retrouve le sommeil

Les trois années suivantes, Alexandre n'exerce aucune activité professionnelle : "Je n'avais plus de force. Ma psychologue semblait déroutée, elle se trouvait pour la première fois face à un cas comme le mien. J'avais besoin de comprendre ce qu'il m'était arrivé, qui s'en était sorti vivant", évacue le trentenaire qui salue la fidélité et la bienveillance de son employeur. "CIS a été formidable avec moi. Nous sommes convenus dernièrement d'une rupture conventionnelle. Nous sommes en excellent terme." Les premiers signes de rétablissement viennent avec la naissance de son premier enfant mais c'est dans la reprise d'un hôtel-restaurant de 13 chambres et 60 couverts, à côté de Verdun (Meuse), qu'Alexandre puise une nouvelle énergie. "Grâce à mon métier de cuisinier, j'ai enfin renoué avec cette bonne fatigue qui autorise enfin le sommeil. Début mars, nous avons été accompagnés par les précédents propriétaires pour faire connaissance avec les employés et la clientèle. Nous sommes complet depuis. C'est une revanche sur mon passé ,même si je sais que je vais devoir vivre avec", conclut le chef d'entreprise meusien. Les 300 jours de commémoration du centenaire de bataille de Verdun devraient assurer au Relais de Vacherauville un carnet de réservation aussi gonflé que l'enthousiasme retrouvé de son nouveau propriétaire.

Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services