×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Nobu Matsuhisa revient au sein du Royal Monceau

Restauration - jeudi 24 mars 2016 18:01
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Nobuyuki Matsuhisa, connu sous le nom de « Nobu », gère 33 restaurants Nobu et 6 restaurants Matsuhisa à travers le monde. Après une première tentative à Paris, il revient en association avec le palace parisien de l'avenue Hoche.



La réussite de Nobuyuki Matsuhisa dit Nobu s'inscrit dans le temps. Né à Saitama au Japon, il a suivi un apprentissage classique de chef sushis à Tokyo avant de partir à 24 ans au Pérou pour ouvrir un bar à sushis. C'était en 1973. C'est à ce déracinement précoce qu'il doit la découverte d'une nouvelle culture culinaire et d'ingrédients inconnus qui vont lui inspirer ce fameux « Nobu Style », rencontre gastronomique de l'Asie et de l'Amérique Latine. Après plusieurs escales en Argentine, au Japon et en Alaska, il s'installe à Los Angeles où il ouvre son premier restaurant, Matsuhisa Beverly Hills, en janvier 1987. Il connaît un succès immédiat y compris auprès des célébrités hollywoodiennes.  C'est d'ailleurs avec l'acteur et réalisateur Robert De Niro  et le restaurateur Drew Nieporent qu'il a ouvert le premier Nobu à New York, en 1994. C'est sous cette enseigne que le chef japonais a fait une première incursion à Paris en 2001, qui se soldera par une fermeture deux ans plus tard.

Sa seconde enseigne, Matsuhisa, concept plus exclusif,  lui sert de nouveau passeport à Paris. Beverly Hills, Aspen, Athènes, Mykonos et en décembre dernier Munich ont leur Matsuhisa. Au sein du Royal Monceau, le restaurant dédié à la cuisine péruvo-japonaise s'est installé en lieu et place du restaurant La Cuisine en 15 jours. Le mobilier a été conservé. Les énormes lampes en inox ont été repeintes en noir. En décoration, les bouteilles de vin ont été remplacées par du saké. Mais les négociations entre le chef japonais et l'hôtel ont duré 18 mois.

Nobuyuki Matsuhisa a placé l'un de ses lieutenants, Hideki Endo, chef executif de Matsuhisa Paris, sous la houlette de Laurent André, chef exécutif du Royal Monceau. Les effectifs culminent à 45 personnes dont 9 maîtres sushis car le restaurant est ouvert 7/7 midi et soir (sauf le samedi et le dimanche, dîner uniquement). La salle ayant une capacité de 94 couverts auxquelles s'ajoutent les 8 places de l'Omakase Bar, espace privatisable qui met en client en prise directe avec le chef en pleine action sous leurs yeux.

La carte se compose de plats signature tels que les sashimis de thon Albacore accompagnés de piments jalapenos, la morue noire et sa sauce miso, mais aussi de nouveautés incluant des produits français : tacos d'algues à la truffe noire, huîtres croustillantes au caviar, wasabi et sauce aïoli ou encore le ravioli de boeuf wagyu au foie gras sauce ponzu. Le menu dégustation du chef en 8 plats est facturé 130 euros. Le ticket moyen devrait avoisiner les 60 euros. Le tout avec un service attentif façon Nobu car Nobuyuki Matsuhisa impose des règles communes à tous ses restaurants. Cela commence dès l'arrivée du client saluée par l'ensemble des membres du service qui lance en choeur  « irasshaimase », soit bienvenue en japonais. Il leur faut également prévenir (en japonais) lorsqu'ils se faufilent rapidement entre les tables pour éviter tout incident. Lorsqu'un plat va venir à manquer et qu'il n'en reste plus qu'un,  le maître d'hôtel l'annonce tout haut en salle et le personnel répète le même message indiquant ainsi que l'information a été enregistrée. Un service qui joue l'efficacité et qui plante le décor à la japonaise. 

Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Stratégie de marque : les outils pour développer votre hôtel
par Youri Sawerschel
Services