×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Michelin 2016 : Succès en famille pour la Table du 11

Restauration - mercredi 27 avril 2016 15:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Versailles (78) À 24 ans, Jean-Baptiste Larvegne-Morazzani vient de recevoir sa première étoile. Une reconnaissance dont il est fier aussi bien pour son père, avec qui il est associé, que pour son équipe.



 

Il aura fallu moins d'un an à Jean-Baptiste Lavergne Morazzani pour obtenir sa première étoile. Pour ce chef de 24 ans, qui a ouvert La Table du 11, à Versailles, en février 2015, l'obtention d'une étoile est une surprise : "Je suis très content que le Michelin nous ait repérés aussi vite. Je suis très fier, pour mon équipe, pour mon père [Jean-François Lavergne Morazzani, avec qui il est associé, NDLR]. On va continuer sur cette voie", assure-t-il. 


Ce jeune entrepreneur a débuté sa carrière dans de grandes maisons. Après des études à Tecomah (Jouy-en-Josas), il entre au Trianon Palace (Versailles), en tant que commis. Épaulé par le chef Simone Zanoni, "qui [lui] a donné sa chance", il devient sous-chef junior, avant de rejoindre Yannick Alléno au Meurice (Paris, Ier), en 2011. Celui-ci lui donne l'opportunité de partir à Beyrouth, au Stay, pendant quatre mois. En 2013, il rejoint le Cobéa, de Philippe Bellissent (Paris, XIVe). "Philippe Bellissent est une personne clé pour moi. Sans lui, je ne me serais jamais installé seul. Et il est la première personne que j'ai appelée après l'annonce du Michelin", témoigne Jean-Baptiste Lavergne, qui reconnaît : "J'ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes dans ma jeune carrière."

C'est après cette dernière expérience qu'il ouvre, en février 2015, La Table du 11, en s'associant à son père. Le chef a constitué son équipe uniquement avec des jeunes issus des établissements dans lesquels il a travaillé. "Ils ont pris le risque de me suivre et ça a payé. J'ai une équipe formidable. Seul, ça aurait été compliqué", insiste le jeune chef. 

 

Assiettes végétales

Jean-Baptiste Lavergne Morazzani travaille en direct, avec des producteurs locaux, et utilise seulement des produits de saison. Pour les produits de la pêche, c'est "du raisonné et du responsable". La carte change tous les quinze jours au déjeuner, une fois par mois au dîner, et compte systématiquement une assiette végétale. Le chef, qui attache une importance particulière aux légumes, part d'un produit unique et travaille ensuite les textures, saveurs, couleurs… Il y ajoute une touche d'herbes sauvages qui proviennent d'un producteur dans le Gers, et que l'on retrouve, par petites touches, dans toutes ses assiettes.

L'établissement de 25  places offre à la brigade un regard sur la salle, avec une cuisine ouverte. "Cela nous permet de passer un moment tous ensemble, c'est plus convivial. J'aime regarder les clients pendant leur repas, voir leur retour sur leur visage", confie le jeune étoilé.

#JeanBaptisteLavergne #Tabledu11

Romy Carrere

Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services