×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Michelin 2016 : Le P'tit Polyte retrouve le sourire

Restauration - lundi 4 avril 2016 15:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Les 2 Alpes (38) En confiant ses fourneaux à l'Australien Mathew Hegarty, Alban Mounier savait qu'il offrirait l'opportunité de se distinguer à nouveau à sa table gastronomique. C'est chose faite avec cette étoile retrouvée.



Recruté en décembre 2012, Mathew Hagarty a très vite gravi les échelons au P'tit Polyte, la table gastronomique du Chalet Mounier, hôtel perché à 1 650 mètres d'altitude aux Deux Alpes. Repéré par Alban Mounier, cet Australien d'alors 25 ans devient rapidement second, puis chef. Il avait déjà fait ses armes chez le double étoilé Yannick Delpech à L'Amphitryon (Colomiers), puis au Belvédère, restaurant étoilé de Porto-Vecchio. Lauréat d'un concours de cuisine en Australie, à l'issue d'un apprentissage de quatre ans, il bénéficie d'une bourse pour se perfectionner à l'étranger. Il choisit d'abord la France, avec l'idée d'y passer quelques mois avant de rejoindre Londres. Six ans plus tard, il n'a toujours pas quitté l'Hexagone. Au Chalet Mounier, sa cuisine - notamment sa maîtrise du poisson - a séduit Alban Mounier.

L'art de surprendre

Le jeune australien crée des recettes avec le fera, l'omble chevalier et d'autres poissons d'eau douce de la région. Et ose l'originalité : "Prenez le poulpe. J'enlève le caoutchouc et je le cuits sous vide à 67 °C. Cela lui donne un goût presque sucré", explique-t-il. Également prêt à explorer des saveurs oubliées, Mathew Hegarty se plaît par exemple à cuisiner les salsifis, qu'il concocte en chips, un peu caramélisés... Imaginatif, il aime surprendre et apporte un grand soin à ses dressages. Il pose ses idées de saveurs et textures associées en les crayonnant. Passionné de dessin, Mathew Hegarty rêvait d'être artiste. À défaut de décrocher un job à l'issue de son école d'art, il entre, à 17 ans, en apprentissage en cuisine. "En Australie, on peut travailler très tôt. Dès 13 ans, j'étais déjà en cuisine pour gagner un peu d'argent." Son art du croquis ne l'a jamais quitté. Son énergie débordante non plus. Porté par l'esprit familial du Chalet Mounier et le souci de perfection d'Alban Mounier, il a redonné au P'tit Polyte une étoile. "Un honneur au pays des plus grands cuisiniers du monde", s'enorgueillit-il.

Nathalie Ruffier
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services