×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Michelin 2016 : Pierre Lambinon : "Je ne cherche pas l'introuvable"

Restauration - mardi 8 mars 2016 16:13
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Toulouse (31) L'étoile Michelin est arrivée sept ans après l'ouverture du premier restaurant. Une période qui a vu la cuisine du jeune chef s'épurer.



"J'ai réussi à canaliser mon énergie. Jeune, on veut montrer tout ce que l'on sait faire. Même si c'est bien fait, cela ne sert à rien", affirme Pierre Lambinon. À 30 ans, le chef nouvellement étoilé du Py-r, à Toulouse, a la réputation d'un jeune homme pressé. Il en sourit. "Je suis resté quatre ans dans mon premier restaurant. Et cela fait trois ans que je suis dans le second. Pressé ? Non. Mais c'est vrai que je suis animé par l'impatience."

Après un BTS à l'école hôtelière de Toulouse, Pierre Lambinon a découvert "la rigueur et la perfection" au Louis XV à Monaco grâce à Franck Cerutti, avant de travailler au restaurant O Saveurs à Rouffiac-Tolosan, au Dorchester à Londres et au Petit Nice à Marseille. "J'ai vécu ces expériences comme une éponge. Et puis je n'ai plus eu envie d'être interprète, j'ai voulu composer mes plats."


"Un brin d'originalité et beaucoup de logique"

Ses assiettes sont d'une grande clarté : un produit cuit à la perfection, quelques légumes, un jus court. "Ma cuisine, c'est peu de technique, un brin d'originalité, beaucoup de logique. Je ne cherche pas l'introuvable", précise-t-il. En 2009, les plats débordaient d'ingrédients : l'oeuf mollet se mariait à une crème de panais, du confit de canard, des oignons rouges, du chorizo, des noisettes torréfiées, de la ciboulette, du persil, de la crème de pistache. L'installation dans un nouveau restaurant, en 2013, a tout bouleversé. "Avec un meilleur confort de travail, 470 m2 au lieu de 170 m2, je me suis tourné vers l'épure, une montée en gamme sur les produits. Nos clients savent que l'on veut bien faire sans se prendre au sérieux", explique Pierre Lambinon.

L'équipe qui l'entoure est jeune, dévouée. "C'est une nouvelle génération de cuisiniers. Il faut être attentif à leurs envies." Sa garde rapprochée, c'est Clément, son frère, sommelier, "homme à tout faire, indispensable", et Lucie, leur cousine, qui assure la direction de la salle et la partie administrative.


Bernard Degioanni
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services