×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Brigitte Violier reprend L'Hôtel de ville de Crissier et confie la cuisine à Franck Giovannini

Restauration - jeudi 11 février 2016 17:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

CRISSIER (SUISSE) Rien ne lui aura été épargné, de la découverte tragique du corps de son mari, le 31 janvier à son domicile, jusqu'aux rumeurs les plus folles. Courageusement, deux jours après le drame, Brigitte Violier a rouvert le restaurant qu'elle tenait avec son époux depuis 2012.



Franck Giovannini succède à Benoît Violier aux cuisines de l'Hôtel de ville de Crissier (Suisse).
Franck Giovannini succède à Benoît Violier aux cuisines de l'Hôtel de ville de Crissier (Suisse).

La stupéfaction confinait à la sidération pour les proches et amis de Benoît Violier. Personne ne pouvait prévoir le drame qui s'est noué le 31 janvier quand le chef s'est donné la mort, par arme à feu, à son domicile. En pleine gloire, trois étoiles confirmées, sacré meilleur chef du monde par La Liste en décembre 2015, un carnet de réservation plein sur trois mois au moins, une brigade soudée, que demander de plus ?

Alors, les rumeurs ont enflé, les plus folles ont été lancées. Ces affirmations ont été démenties le jour même par la justice suisse. Le jour de la grande messe d'hommage, à la cathédrale de Lausanne, Brigitte Violier est sortie de son silence en confiant au magazine suisse L'Illustré :  "C'est faux à 100 % : 100 % faux en substance et 100 % faux dans les détails." Sur son suicide : elle avoue ne pas comprendre. "Je ne lui en veux pas, cette décision, ses raisons lui appartenaient." Son objectif est maintenant de tenir la maison, en mémoire de son mari, pour l'équipe qui la soutient et bien sûr son fils de 12 ans, Romain.

Brigitte Violier, Française, a d'abord travaillé dans la cosmétique et le parfum. Sa rencontre avec Benoît Violier a orienté sa carrière. Un membre de sa famille proche confie avec une immense tristesse : "Il adorait nous regarder nous régaler en cuisine, celle qu'il avait créé, avec un grand sourire, tout en sachant garder un oeil sur chaque plat qui sortait pour la salle, tel le grand professionnel qu'il était.  Mais aussi, il valorisait son équipe, il nous présentait la personne qui, en cuisine, avait découpé, préparé, assaisonné le plat. Il avait un respect énorme pour son équipe, toute son équipe. Il était très aimé."

Un chef humainement exceptionnel

À l'Hôtel de ville de Crissier, son restaurant, les 54 employés assurent tous leur service malgré le drame. C'est maintenant le second, Franck Giovannini, Bocuse de bronze et président du Bocuse d'or Suisse, qui est aux fourneaux. "Il reprend la responsabilité de l'équipe, je reprends la responsabilité de l'établissement", affirme avec courage Brigitte Violier. Julien Gatillon, deux étoiles au Michelin en 2016, qui a travaillé avec Benoît Violier, a appelé son mentor, la veille de sa mort, pour lui annoncer la bonne nouvelle. "Il était si content pour moi, il m'appelait son fiston. C'est incompréhensible." Julien Gatillon évoque de superbes moments : "J'ai démarré chez lui à 19 ans et il m'a pris sous son aile. Pour son livre Le gibier à poil, il m'a demandé de l'aider pendant mon jour de congé. Pendant un an, tous les lundis, on se retrouvait dans sa cuisine ou dans son salon, pour préparer chaque recette. J'ai eu l'immense honneur qu'il mette ma photo dans le livre, en me présentant comme son fiston. C'était chef humainement exceptionnel, outre son talent. Le chef Franck [Giovannini] et lui étaient très complices, très liés. Il sera un excellent chef pour l'établissement."

Fleur Tari
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services