×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Steak, whisky et cigare chez Steaking

Restauration - lundi 18 janvier 2016 11:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75016 (75) Ce concept parisien atypique fait revivre l'ambiance des gentlemen's clubs.



Tout a commencé par la visite d'un vaste local, à deux pas de Saint-Germain-des-Prés (Paris, VIe). Arthur Girard et Alican Ozsoy ont à peine 24 ans, mais ils ne comptent pas laisser filer une telle opportunité. L'un est passé par l'école Ferrandi et plusieurs maisons étoilées (dont l'Atelier de Joël Robuchon), l'autre est diplômé de l'école hôtelière de Lausanne. Le tandem procède à une analyse du marché parisien et se décide pour un steak house. "Il n'y avait pas d'endroit pour déguster une bonne viande à Paris, sauf dans des établissements gastronomiques étoilés. La clientèle en avait ras le bol de manger du faux filet d'Aubrac dans des brasseries", constate Arthur Girard.

Pour le Steaking, le jeune chef ne lésine donc pas sur la qualité. Il s'approvisionne chez Lesage Prestige et propose quinze variétés de viande en provenance de huit pays différents. Au menu : du boeuf de Kobe, Hereford ou argentin, du wagyu d'Australie, de la blonde de Galice maturée pendant 45 jours… En cuisine, les viandes sont saisies dans un four à braise Josper, sous le regard attentif du chef et de son bras droit, Marie Casciani, elle aussi formée auprès d'étoilés.

110 références de whisky

Ouvert le soir uniquement, l'établissement affiche 70 places assises et un ticket moyen de 60 €. Sa clientèle est majoritairement masculine. "On a voulu jouer sur le côté gentlemen's club en ajoutant au premier étage un bar à whisky avec 110 références. Les Français apprécient ce spiritueux, notre pays est d'ailleurs le premier consommateur de whisky au monde", précise-t-il. Les clients peuvent aussi s'installer confortablement dans un fauteuil Chesterfield du fumoir, et tester l'une des 35 références de cigares sélectionnées.

Le concept plaît. Ouvert fin 2013, le Steaking a dépassé ses objectifs durant sa première année d'exploitation. Malheureusement, 2015 s'avère décevant. "Cette année a été particulièrement difficile pour les professionnels parisiens. Notre activité a stagné, mais on espère avoir une meilleure évolution en 2016", déclare-t-il.

Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services