×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le doggy bag recommandé chez les restaurateurs : les Français sont-ils "emballés" par la démarche ?

Restauration - lundi 18 janvier 2016 14:59
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Dans le cadre de la mise en application du dernier seuil de la loi sur les biodéchets, votée en 2011, le gouvernement français recommande fortement aux restaurateurs l'utilisation du doggy bag depuis le 1er Janvier 2016. Faut-il donc s'attendre à un accroissement de la proposition de doggy bag en restauration ? Une enquête de CHD Expert.



© Thinkstock


Les doggy bags sont très utilisés dans les pays anglo-saxons, notamment aux Etats-Unis. La pratique est ancrée dans la culture locale, certains restaurateurs apportent même l'addition à leurs clients accompagnée de leur doggy bag sans leur demander préalablement. Il n'en est pas de même en France, où le geste peut sembler déplacé, voire gênant. Ce réflexe est logique en restauration rapide, mais la pratique appliquée à la restauration à table n'est pas intégrée dans les habitudes françaises hors domicile. Néanmoins, la pratique n'est pas méconnue : 83% des français la connaissent. Mais le pays est loin de suivre l'exemple de ses voisins anglo-saxons en termes d'utilisation. En effet, 65% des Français n'ont jamais demandé au restaurateur d'emporter les restes de leur repas à la maison, et 78% n'ont jamais demandé à emporter la fin de leur bouteille de vin. Les Parisiens semblent plus utilisateurs du concept, ils sont 48% à avoir eu recours au moins une fois au doggy bag.

Pour 69% des Français, il s'agit d'une démarche anti-gaspillage

Pourtant, 84% des français sont aujourd'hui intéressés par la mise en place de cette pratique dans l'ensemble des points de vente de la restauration à table, et pour utiliser la démarche. Il y a donc une forte attente et ouverture des consommateurs ! Pour 69% d'entres eux, il s'agit avant tout de s'inscrire dans une démarche anti-gaspillage. Pour plus d'un français sur 2, l'utilisation du doggy bag leur permettra de ne plus se "forcer" à finir leur assiette lorsqu'ils ont eu les yeux plus gros que le ventre, ou lorsque le restaurateur a été trop généreux. 38% des personnes interrogées considèrent d'ailleurs que les quantités servies dans les assiettes sont bien trop importantes. Pour d'autres, il s'agit de prolonger le plaisir. 46% des français y voient une opportunité de profiter de leur plat sur un autre repas. Qu'en est-il des consommateurs non favorables à la pratique ? 35% auraient un sentiment de gêne par rapport aux autres de repartir avec les restes de son plat, et la même proportion n'ose pas demander au serveur.
Selon Nicolas Nouchi, directeur général de CHD Expert Europe : " L'évolution du doggy bag en France suit une tendance de fond en restauration qui va bien au delà de l'environnement. Un restaurateur cherche des solutions pour fidéliser sa clientèle pour créer un lien avec son consommateur pour ne pas laisser une mauvaise impression au moment de l'addition. Le doggy bag est une alternative possible pour répondre à ces enjeux. Il semble par ailleurs plébiscité par le consommateur qui a besoin d'être accompagné et rassuré dans cette démarche. "

Enquête consommateurs redressée, réalisée le 11 Janvier 2016 auprès d'un panel de 300 répondants en France. (Source : CHD Expert).

Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gouvernantes et service hôtelier
par Corinne Veyssière
Services