×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

COP 21 : "J'ai participé au service de 150 chefs d'État"

Restauration - lundi 7 décembre 2015 10:30
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le Bourget (93) Une cinquantaine de personnes en salle - maîtres d'hôtel et sommeliers - ont été mises à contribution pour servir le déjeuner d'ouverture de la COP 21 au Bourget, le 30 novembre dernier.



"Un collègue a été retenu car il avait sur lui un limonadier." Question sécurité, il ne valait mieux pas rigoler, le 30 novembre dernier pour le déjeuner d'ouverture de la COP 21 au Bourget. Les 147 chefs d'État réunis ont dégusté le menu concocté par Yannick Alléno (Pavillon Ledoyen à Paris, VIIIe), Alexandre Gauthier (La Grenouillère à Montreuil-sur-Mer), Nicolas Masse (Les Sources de Caudalie à Martillac), Marc Veyrat (La maison des bois à Manigod) et Christelle Brua, la chef pâtissière du Pré Catelan (Paris, XVIe), accompagnée de Frédéric Anton. "Nous sommes partis à 6 h 30 du quai d'Orsay, témoigne un extra assermenté de l'Élysée tenu à l'anonymat. En trente minutes, nous étions au Bourget. On voyait des tireurs d'élite sur le parcours, un hélicoptère au-dessus du Bourget. Les contrôles de sécurité étaient encadrés par des agents de l'Onu. Le personnel maison de l'Élysée était déjà à l'ouvrage. Tout était dressé, aligné selon les usages des réceptions officielles : une table d'honneur ovale et centrale servie par des militaires de l'Élysée et des tables rondes satellites attribuées à des équipes du quai d'Orsay ou des extras. La sommelière de l'Élysée était là comme les argentiers. Les assiettes bleues de Sèvres venaient du palais par malles. Les verres provenaient du Trianon. La vaisselle sale était rencaissée en l'état dans les malles pour être lavée à l'Élysée. Nous avons installé les menus et placé les serviettes. Ensuite, chaque cuisinier nous a briefé sur son plat. Le plus compliqué fut celui de Marc Veyrat, avec des herbes au nom impossibles"

 

Un service à l'assiette en 1 h 15 chrono

Pour chaque plat, la cinquantaine de serveurs devait entrer en salle en deux files alignées de telle sorte que les convives ne voient qu'une tête par colonne. Pour chaque table de huit, deux maîtres d'hôtel en frac et gants blanc étaient organisés ainsi : un premier posait les assiettes sur table et un second portait le plateau. Les changes était faits à la française. Le service à l'assiette - ou plutôt au plateau - permettait d'assurer le service en 1 h 15 avec entrée, plat, fromage, dessert et café. Un ordre de préséance simplifié avait été signifié par le protocole : les femmes d'abord puis les hommes, et le président de table en dernier. "À 14 h 30, le déjeuner s'est achevé puis nous avons débarrassé les tables et lavé les verres estampillés RF [pour République française], à la main, dans des bassines et avec précaution : ce sont des pièces uniques. Nous avons quitté le Bourget avec des navettes, l'occasion de nouveaux échanges avec des chefs qui étaient aux anges." L'extra n'aura pas eu le temps de goûter les plats, en dehors d'un furtif coup de cuillère dans le paris-brest de Christelle Brua, "un pur délice".


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène en fiches pratiques
par Romy Carrère et Laurence Le Bouquin
Services