×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Faut-il avoir peur de l'uberisation ?

Restauration - lundi 4 janvier 2016 09:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Après l'hôtellerie, c'est au tour de la restauration d'affronter cette tendance. Que craindre ? Comment réagir ? Deux experts, Grégoire Leclercq et Bernard Boutboul, se penchent sur la question.



Bernard Boutboul
Bernard Boutboul


Ubereats, Deliveroo, Foodora, Mycuistot, Vizeat, Super marmite… Les nouveaux acteurs pleuvent sur le marché de la restauration, inquiétant les représentants traditionnels du secteur. "Uber allie du numérique, des indépendants et une expérience de consommation différente. Par extension, l'uberisation concerne les plateformes ou modèles qui, en s'appuyant sur du numérique, touchent les particuliers entre eux (C to C), ou font appel à des indépendants", explique Grégoire Leclercq, cofondateur de l'Observatoire de l'uberisation. Autrement dit, "c'est tout ce qui court-circuite nos habitudes et nos modes traditionnels pour se nourrir. Ce n'est pas seulement Uber, mais des particuliers, des restaurants clandestins, des logisticiens comme Pages Jaunes", note Bernard Boutboul, directeur de Gira Conseil.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette tendance. "Les Français étaient à un repas sur 7 hors de chez eux, contre 1 sur 3 en Angleterre et 1 sur 2 aux Etats-Unis. Or, nous savons de moins en moins cuisiner. La restauration hors domicile et à domicile va exploser. C'est ce qui attire des financiers sur ce marché. Nous sommes à l'aube d'un bouleversement dont on n'a même pas encore idée", estime Bernard Boutboul. De son côté, Grégoire Leclercq évoque plutôt l'évolution des attentes de consommation : "Le consommateur ne cherche pas tant un nouveau service qu'un service de qualité. Il préfère par exemple Uber, qui paraît plus qualitatif et moins cher, à des taxis qui ont la réputation de ne pas être sympathiques. C'est la même chose pour la restauration : il ne veut plus de serveurs peu aimables, de plats décevants... À cela il faut ajouter la génération Z, née après 1990, qui a le réflexe du numérique."

 

Raz-de-marée
 

L'uberisation pourrait avoir l'effet d'un raz-de-marée sur la profession. "L'écrémage va être violent. On estime que 300 000 à 1 million d'emplois vont être détruits en France sur les secteurs uberisés d'ici cinq ans. Il faut se préparer à des reconversions", prévient Grégoire Leclercq. "Un tiers des 145 000 restaurants avec service à table sont déjà en difficulté. Ce n'est pas seulement dû à la crise. C'est un  segment qui stagne alors que le consommateur avance. J'ai peur que dans le milieu de gamme, on perde un restaurant sur trois", enchérit Bernard Boutboul.

Dès lors, comment réagir ? "Cela ne sert à rien de faire du protectionnisme. On n'a pas réussi à empêcher les chambres d'hôtes. On n'évitera pas non plus l'uberisation en CHR, cela répond à une demande, poursuit-il. La restauration traditionnelle doit miser sur  l'innovation dans l'assiette, un lieu plaisant et du personnel dynamique, souriant, qui vous conseille. Elle pourrait aussi se mettre à livrer."

Grégoire Leclercq donne lui aussi quelques pistes : "Il faut focaliser sur la relation de proximité, miser sur la qualité produit et la relation client, profiter des atouts du numérique : combien de restaurants sont totalement absents du web ? [Il faut également] mutualiser les ressources entre acteurs. Par exemple, on pourrait imaginer que les restaurateurs du XVe arrondissement se fédèrent pour créer une plateforme qui fasse office d'annuaire, répertorie les cartes en ligne, organise un service de livraison… Ils auraient l'assurance de ne pas être concurrencés sur ce créneau et de ne pas perdre la main sur leur métier."


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Communication digitale : web, mobile et réseaux
par Vanessa Guerrier-Buisine
Services