×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Ça vous est arrivé : "silence, on tourne dans mon restaurant"

Restauration - mercredi 16 décembre 2015 11:43
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Cafés et restaurants servent souvent de décor pour des tournages. Une affaire juteuse lorsque la privatisation est bien négociée et que le film est un succès.



Le 21 août dernier, une épaisse couche de neige recouvre la place Emile Goudeau (Paris, XVIIIe). La présence de flocons estivaux n'est pas une nouvelle expression du dérèglement climatique, juste le décor bluffant d'une scène d'Un sac de billes tournée par le réalisateur Christian Duguay à Montmartre. Pour l'occasion, le Relais de la Butte a été rebaptisé Café de la Place. "Les décorateurs ont aimanté le nom avec une bâche sur le store d'origine", s'enthousiasme Choukri Chamkhia, le gérant qui se souvient de ce "plaisant" tournage : "J'ai même expliqué au comédien qui jouait le garçon de café comment démonter une terrasse de café."

Lors d'un tournage, le restaurateur doit savoir imposer ses conditions
"J'ai autorisé des tournages sur ma terrasse à titre gracieux à des productions soi-disant sans budget. Non seulement, il s'avérait qu'ils avaient de l'argent pour tout le monde sauf pour le restaurateur mais en plus ils se comportaient comme des tyrans. Mes clients ne veulent pas être dérangés par des demandes de silence ou des signatures de  droits à l'image, ni simplement apparaître sur un écran. Alors, j'impose des règles pour les préserver et des conditions tarifaires. En effet, l'activité est perturbée, les exigences peuvent être importantes et on passe beaucoup de temps à les étudier et à les satisfaire", rapporte le patron du Relais. "Le régisseur général m'a contacté deux mois avant le tournage puis des décorateurs sont venus prendre des mesures pour les décors. L'usage pour ce type de privatisation et le rachat du chiffre d'affaire moyen de la saison avec la signature d'un contrat et la couverture des risques par une assurance. Tout a été restitué dans l'état. Le régisseur m'a même appelé quelques temps plus tard pour s'assurer que je n'avais pas constaté ultérieurement de dégâts", explique le restaurateur, enchanté par "la qualité de l'échange". En cas de succès du film, Choukri Chamkhia n'envisage pourtant pas les mêmes retombées qu'a connues le café des Deux Moulins, un peu plus bas rue Lepic : "Des scènes cultes d'Amélie Poulain ont été tournées en intérieur et le décor a été conservé. Chez moi, seul la façade a été filmée."

Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services