×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Attentats à Paris : un douloureux bilan pour le MIN de Rungis

Restauration - lundi 23 novembre 2015 14:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Si les restaurateurs sont affectés par les événements du 13 novembre, le marché de Rungis et plus largement ses grossistes et producteurs souffrent en premier lieu de la baisse d'activité. En prime, les visites aux particuliers ont été suspendues jusqu'en janvier 2016.





"Nous enregistrons une baisse de -30 % du chiffre d'affaires depuis les attentats du vendredi 13 novembre", constate, malheureusement, Stéphane Layani, président-directeur général de la Semmaris, société gestionnaire du Marché d'interêt national (MIN) de Rungis. Samedi au petit matin, soit quelques heures après la tragédie, le plus grand marché au monde en produits frais ouvrait ses portes dans une ambiance largement moins festive qu'à son habitude. Les allées étaient clairsemées. Les grossistes, artisans, producteurs n'ont "jamais" vécu un week-end comme celui-là tant leurs marchandises n'avaient pas été écoulées.

"C'est un cercle vicieux, admet le grossiste Hi Paviadis. On travaille avec ceux qui font les marchés, or une décision préfectorale a décidée leur fermeture unilatérale à Paris et proche banlieue. S'ils n'ont plus d'activité, c'est la même chose pour nous puisqu'ils s'approvisionnent à Rungis. Le lundi, on avait de la marchandise sur le dos. Il a fallu ajuster les achats pour les autres jours. On préfère privilégier la grande distribution, qui eux sont restés ouverts, aux artisans. C'est une question de lobbying. Soit on résiste ensemble, soit rien du tout !" Un coup de gueule qui fait suite à une baisse d'activité de - 35 %. Cette entreprise approvisionne aussi les restaurateurs à Paris. "Mais, selon les arrondissements, ils ont également été impactés, poursuit-il. L'un de mes client au Trocadéro, qui réalise - 40 à - 50 % de son chiffre d'affaires, fait ce constat : les gens veulent être livrés à leur bureau le midi, et ils ne sortent pas le soir".


Visites suspendues pour les particuliers

Quant aux 20 restaurants intrinsèques à Rungis, ils soulignent une autre difficulté. Au-delà de la baisse de fréquentation des restaurateurs, traiteurs ou professionnels du marché, les visites de Rungis pour les particuliers ont elles aussi été suspendues. Nadège Carlu, responsable Au Veau qui tête, établissement situé au sein du pavillon triperie, témoigne : "Tous les groupes ont annulé leur réservation. On avait prévu des extras, que l'on devra payer in facto. Ces aléas représentent 1000 € de perte par jour Au veau qui tête". Les visites ne reprendront qu'en janvier 2016.


Hélène Binet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
par Pascale Carbillet
Services