×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Une journaliste en immersion dans une brasserie parisienne

Restauration - mercredi 28 octobre 2015 14:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Pendant vingt et un jours, Alexandra Alévêque a partagé pour France 2 le quotidien du Père Fouettard. Le documentaire, diffusé mardi 28 octobre (et disponible en replay pendant sept jours), est délicat, plein d'empathie pour le personnel, sans éluder la rudesse de la profession.



Alexandra Alévêque et son maître de stage, Nicolas Batinic.
© Capa/France 2
Alexandra Alévêque et son maître de stage, Nicolas Batinic.


Hier à 22 h 45 sur France 2, le téléspectateur n'imaginait sans doute pas le dispositif mis en place pour filmer l'immersion d'une journaliste-serveuse dans les allées étriquées de la brasserie du Père Fouettard (Paris, Ier) : un preneur de son avec une perche, un cameraman et une stagiaire chargée de faire signer des droits à l'image.

"L'équipe était discrète. On a juste dû expliquer sa présence le premier jour. Alexandra Alévèque a vraiment travaillé à temps complet pendant trois semaines. Une fois, elle était du matin et voulait partir à 12 heures, je l'ai obligée à finir son service à 15 heures. Rien n'a été joué", détaille Nicolas Batinic, le directeur du restaurant.

Pour '21 jours derrière le zinc', l'équipe de Capa, le producteur, cherchait une brasserie avec une terrasse pour ce tournage. Après une trentaine de refus, une journaliste de Capa, cliente du Père Fouettard, arrive à convaincre Olivier Flottes, le propriétaire, d'accueillir l'équipe de reportage dans son établissement.


"10 km entre 17 heures et 2 heures du matin"

"Les journalistes ne sont pas toujours bien vus des restaurateurs, peut-être à cause de l'hygiène ou du travail dissimulé", tente Alexandra Alévèque. Cette dernière reconnaît être sortie fourbue de l'expérience : "Grâce à une application iPhone, j'ai calculé avoir fait 10 km le premier soir entre 17 heures et 2 heures du matin. J'ai eu le sentiment d'avoir été rouée de coups. Mais elle nuance : Le prochain documentaire de 21 jours consiste en une immersion dans le service des urgences de Lyon-Sud. En plus d'avoir été épuisée physiquement, ce fut aussi douloureux moralement, contrairement à la brasserie. Aux urgences, les gens meurent, rarement au restaurant."  

Alexandra Alévêque aurait pu être embauchée par Nicolas Batinic : "Elle était volontaire, rapide, serviable, souriante et organisée". Démouler, faire tourner les tables…, l'expérience aura impliqué pour la journaliste un 'reformatage cérébral' : "La manière de réfléchir dans une brasserie est différente. On doit se souvenir de 50 choses à la fois, rationaliser les déplacements tout en racontant des blagues avec un lourd plateau en équilibre sur le bras."

Le documentaire présente d'autres réalités. "Tous les cuisiniers sont sri-lankais. Sans doute parce qu'ils se cooptent mais surtout en raison de leur courage et de leur capacité d'acceptation, car ils ont souvent fui la guerre et une vie difficile", analyse Alexandra Alévèque. 


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Reprendre un hôtel : évitez les embûches
par Stéphane Corre
Services