×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Édito du magazine n° 3471 du 5 novembre 2015 : "Ne pas se laisser faire"

Restauration - mercredi 28 octobre 2015 10:17
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Loiseau des Ducs à Dijon, 1 étoile Michelin : critiqué avant d'être ouvert.
© Matthieu Cellard
Loiseau des Ducs à Dijon, 1 étoile Michelin : critiqué avant d'être ouvert.

Les commentaires négatifs, voire injurieux, au regard du travail du restaurateur sont monnaie courante. Laisser courir ou répondre, parfois le choix est cornélien. Quant à l'action judiciaire, cela demande réflexion. Pour Dominique Loiseau et Ahlame Buisard, directrice du groupe Bernard Loiseau, le choix a été rapide puisqu'il relevait de toute évidence d'une volonté de nuire. Sur le site des Pages jaunes, on pouvait lire au sujet de Loiseau des Ducs à Dijon : « Restaurant très surfait, tout en apparat, très peu de chose dans l'assiette, l'assiette la mieux garnie est celle de l'addition. » Il n'y a qu'un petit problème : le restaurant n'est pas encore ouvert quand sous le pseudo Le Clarifieur, l'internaute a posté son commentaire. Un fait qui n'a pas échappé au tribunal de grande instance de Dijon qui a estimé que l'avis « ne peut pas correspondre à l'expression d'un avis objectif se fondant sur une expérience réelle ». « Ces commentaires fautifs (…) du fait même de leur diffusion sur Internet sur un site largement consulté par les internautes à la recherche des coordonnées d'établissements, visaient à dissuader de potentiels futurs clients de se rendre dans le restaurant critiqué ». L'internaute malveillant a été condamné à 2 500 euros d'amende, plus 5 000 euros de frais.

 

 
Nadine Lemoine

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services