×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Première affaire : accomplir son rêve peut vite tourner au cauchemar

Restauration - lundi 7 septembre 2015 10:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Alençon (61) Ouvrir son propre restaurant était le rêve d'Elodie Blottière. Mais la jeune femme, pourtant professionnelle, va devoir faire face à de nombreux aléas. C'est grâce à beaucoup d'énergie et de volonté qu'elle s'en est sortie aujourd'hui.



Ancienne élève de l'école hôtelière de Granville (50) et d'Hérouville Saint-Clair (14), Elodie Blottière a fait un parcours chez Accor avant d'entrer dans le groupe Flo. A Lorient (56), elle redresse les chiffres de l'Hippo. Après deux ans de bons et loyaux services, elle revient en Normandie pour prendre la direction d'une… parfumerie. Une « opportunité qui vous plonge dans une gestion des plus rigoureuses. Il y avait entre 45 000 et 50 000 produits référencés ». Mais ce n'était qu'une étape pour « accomplir » un rêve : ouvrir son restaurant. Elle visite plusieurs établissements sur Alençon avant de s'arrêter sur un coup de coeur : les murs de pierre, d'une pizzéria en liquidation. Elle monte le dossier avec l'aide de la CCI. La jeune femme a les pieds sur terre. Jusque là tout va bien. La voici chez elle, mais les difficultés commencent avec les travaux rénovation, qui se compliquent et s'allongent dans le temps. « Je prenais du retard sur mon prévisionnel et ça dépassait le budget fixé. J'ai dû faire des coupes, modifier mes choix. Heureusement que j'avais les services de la CCI d'Alençon qui me conseillait sinon je ne sais pas comment j'aurais fait. » Mai 2014, après trois mois, c'est enfin l'ouverture. Le cadre et le nom de l'établissement, L'Atelier, rend hommage au travail de son père artisan. 48 places, une atmosphère coquette, et une volonté de travailler les produits frais uniquement. « Ca a bien démarré, mais dès le mois d'août, j'ai eu des soucis avec un chef qui ne s'adaptait à ce que je lui demandais. » La jeune femme est au four et au moulin. Sa vie personnelle s'en ressent et elle va très vite se retrouver seule à tout assumer. « Ca été très dur, je devais être partout. J'ai heureusement fini par trouver un chef, Nathan Muller, avec qui j'allais pouvoir travailler. C'est quelqu'un que je connaissais alors que m'étais toujours promis que je ne travaillerais pas avec un ami ! ». L'Atelier propose une petite carte simple mais efficace, avec une formule du jour. « Je fais les achats avec mon chef. J'ai établi une sorte de semainier, en s'appuyant toujours sur la saison. Il y a les entrées de la semaine, les plats de la semaine, etc. Pour que ça fonctionne, je pense qu'il faut que vos valeurs se ressentent dans l'assiette ». Le ticket moyen est de 10 euros à midi et à 21 euros sur les deux repas. Mais la qualité de l'assiette ne suffit pas, il faut aussi se faire connaître. « J'ai fait faire des flyers et tous les jours, je vais voir des entreprises. J'y vais au culot. Je me présente, j'explique ce qu'on fait. Je vais chercher le client ». C'est beaucoup d'énergie et de temps, mais le porte-à-porte donne ses fruits. Les chiffres se redressent après quelques ajustements des ratios. « Le midi, ça va, mais le soir reste compliqué. Il faut fidéliser, donner aux gens l'envie de revenir à d'autres moments ». Le dimanche, L'Atelier ouvre seulement pour les événements privatifs. Il se situe actuellement à la 13ème place sur 67 sur Tripadvisor*. On le plébiscite pour sa gentillesse et sa qualité. Le cauchemar est derrière.

*Le 7/9/2015


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services