×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Pierre Augé, la tête dans les étoiles mais les pieds sur terre

Restauration - vendredi 24 avril 2015 09:21
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Béziers (34) Après s'être classé finaliste de la première saison de Top Chef, lauréat de la 5e saison et double vainqueur du "Choc des Champions", Pierre Augé devient le candidat le plus "titré" de l'émission de M6. Une performance qui ne lui est pas montée à la tête, bien au contraire.



 

"Je n'ai jamais voulu faire de la télé, je ne la regarde pas !", attaque d'emblée Pierre Augé, surnommé dès son plus jeune âge Petit Pierre par sa maman et les siens, parce qu'il portait le même prénom que son père. Les téléspectateurs ont découvert son accent chantant lors de la première émission de Top Chef, en 2010, pendant laquelle il ira jusqu'en finale. En 2014, la production le rappelle pour participer de nouveau au concours : il se classe grand vainqueur - il gagnera également le Choc des Champions contre Jean Imbert la même année. Lundi dernier, il a remis son titre en jeu et arraché une nouvelle victoire face à Xavier Koenig, gagnant 2015. Pour la deuxième fois consécutive, il se classe Champion des Champions et devient à cette occasion le candidat le plus titré de toute l'histoire de l'émission de M6. "C'est toujours une fierté de gagner même si le but du jeu est de bien faire et de prendre du plaisir dans ce que je fais !", analyse-t-il humblement.

 

Son menu élaboré à partir des ingrédients les plus consommés par les Français (une entrée à base de carottes, un plat chaud à base de cabillaud et un dessert à base de poires) a fait l'unanimité auprès du jury. Pas vraiment étonnant quand on connaît son parcours. À 35 ans, il a déjà vingt ans d'expériences derrière lui : il est tombé très tôt dans la marmite suivant la voie de son père charcutier-boucher-traiteur, avant de partir se former à Paris dans différents établissements (restaurant Eric Fréchon, le Taillevent, le Pré Catelan, Yves Camdeborde, hôtel Murano, Kube hôtel…).

Petit Pierre, qui aime sans cesse se remettre en question, a accepté de participer à Top Chef pour le défi personnel. "Cette émission m'a permis de rester actif, de sortir de mes cuisines et de suivre ce qui se faisait à côté. Ça m'a aussi permis de mettre plus en beauté mon assiette, de soigner le visuel même si le goût reste ma priorité !"

 

Un chef authentique et entier 

Installé à Béziers depuis 2009, dans le restaurant créé par son père qu'il a naturellement rebaptisé 'La Maison de Petit Pierre' lorsqu'il s'y est installé, Pierre Augé y réalise une cuisine bistronomique. Dans l'univers d'une maison des années 40 typiquement biarrote avec patio, terrasse, salle bistrot et cave à vins façon ibérique, ils reçoivent avec sa femme Fanny - qui l'a rejoint dans l'aventure pour s'occuper de la salle, de la gestion, des ressources humaines et de la communication - comme s'ils étaient chez eux. "On veut que les clients se sentent bien et passent un bon moment", explique Fanny qui tient à ce que le service se fasse dans la bonne ambiance.

 

Pierre Augé, qui a vécu plusieurs vies 'culinaires' - il a exploré la grande gastronomie, la bistronomie, la cuisine fusion… -, a trouvé son style, un mélange de cuisine classique et contemporaine, en phase avec lui-même et sa maison : "c'est la cuisine qui me correspond le mieux, qui colle à mon image. Je sais faire autre chose, mais j'aime bien garder cet esprit convivial". Ses assiettes ne manquent pas non plus d'exprimer son terroir - le Grand Sud - : Carré de cochon des Pyrénées rôti, Risotto aux agrumes et oreille de cochon croustillante, Baba au rhum, Granny Smith en trompe l'oeil au chocolat blanc et coco et sorbet pomme verte… Entier, Petit Pierre ne triche pas. Ses plats généreux témoignent au contraire de toute l'authenticité de ce travailleur acharné qui n'oublie pas d'où il vient. Car comme il aime à le rappeler : "je ne fais qu'à manger !".
Julie Gerbet

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services