×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Franchise : focus sur Au Bureau et le nouveau concept Café Leffe du Groupe Bertrand Restauration

Restauration - mercredi 3 juin 2015 10:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


La division Enseignes & Réseaux (segment du pub brasserie) du groupe Bertrand Restauration possède quatre marques au positionnement distinct : Au Bureau, Café Leffe, Irish Corner, Charlie Birdy. Elle sont ouvertes en continu (11h à 2 h pour Au Bureau, 8h à 00h pour Café Leffe), fonctionnent en restauration comme en café-bar, et ont un ticket moyen quasi équitable : 20 à 25 euros. L'enseigne la plus conséquente, c'est Au Bureau avec 72 unités dont 65 en franchise. L'arrivée de Richard Klimzcak à la tête de cette division en 2014 voit le développement s'intensifier et se restructurer. Primo : Au Bureau prévoit 20 ouvertures en 2015 (contre 9 en 2014), dont 15 en franchise et 5 en succursale. Quant à Café Leffe (11 unités), le concept va être revu (carte/design intérieur et extérieur) avec une ouverture le 28 mai à Nancy. Jusqu'en 2018, cinq unités vont ouvrir par an. Tercio : La dernière unité Irish Corner, située à Lille, va passer sous enseigne Au Bureau. Un repositionnement est en cours et verra le jour au second semestre 2016. Objectif : 4 ouvertures d'ici à 2018. Actuellement, il n'y a pas de projet pour Charlie Birdy (3 unités). Objectif de la division Enseignes & Réseaux : 160 unités d'ici à 2018.



En chiffres

• Chiffre d'affaires : 96 M€ HT dont 86 M€ HT pour Au Bureau et 10 M€ HT pour Café Leffe au 31 décembre 2014 (+ 38 % par rapport à 2013 pour Au Bureau et 46% pour Café Leffe)
86 établissements
• Tickets moyens : Au Bureau : 23 € ttc / Café Leffe : 24€ ttc
• Nbre clients servis/jour : NC


Fiche signalétique

Développement du réseau Au Bureau :
- date de création de l'entreprise : 1989
- date de création de l'entreprise en franchise :1991
- type de contrat : contrat de franchise
- nombre d'unités en France : 72 (dont 65 en franchise)

- implantation : France entière
- pays d'origine du réseau : France
- type d'emplacement : périphérie commerciale, centre-ville


Bâtiment solo en périphérie & centre-ville
• Apport personnel minimum : à partir de 200 K€
• Droit d'entrée : 45 000€
• Redevance, pub comprise :
- royalties : 4 % du CA HT
- pub : 1 % du CA HT
• Investissement global : de 400 à 1,5 M€ (hors foncier)
• Chiffre d'affaires moyen par unité : 1,65M€
• Nombre moyen de salariés d'une unité : 20
• Surface moyenne : 300 à 600 m² soit capacité de 300 couverts
• Durée du contrat de franchise : 5 ans


--------------------------------------------------------------------------- 
Développement du réseau : Café Leffe
- date de création de l'entreprise : 1987
- date de création de l'entreprise en franchise : 1987
- type de contrat : contrat de franchise
- nombre d'unités en France : 11 en franchise
- implantation : France entière,
- pays d'origine du réseau : France
- type d'emplacement : centre-ville, emplacement n°1 avec grande terrasse


Restaurant de
• Apport personnel minimum : 200K€
• Droit d'entrée : 45 000€
• Redevance, pub comprise :
- royalties : 3% du CA HT
- pub :  1% du CA HT
• Investissement global : de 400 à 1,2M€ hors (droit au bail et gros oeuvre)
• Chiffre d'affaire moyen par unité : 1,2M€
• Nombre moyen de salariés d'une unité : 20
• Surface moyenne : 250 à 400m² avec terrasse soit capacité de 300 couverts
• Durée du contrat de franchise : 5 ans


 

Entretien avec Richard Klimczak, directeur général

- Quel est le profil du candidat type ?

Richard Klimczak
 : Pour nos enseignes, nous recherchons des profils de managers et de gestionnaires, issus ou non des métiers de la restauration, avec quelques nuances selon la marque. Pour Au Bureau, le franchisé doit posséder des qualités d'animation car ce concept repose sur l'organisation de soirées à thèmes. Pour Café Leffe, qui est davantage orienté brasserie, avoir des notions en cuisine sera un atout. Il n'y a pas de tranche d'âge défini pour devenir franchisé chez nous. Des trentenaires moins expérimentés ont posé une candidature, au même titre que des cadres sup - cela s'est vu avec la crise - en reconversion. En somme, le candidat doit être motivé, avoir un apport personnel, et l'envie de « durer » dans notre groupe. Un franchisé investisseur, ce n'est pas ma tasse de thé, mais je peux demander à le rencontrer selon le dossier ; je favorise donc le franchisé exploitant.

- Recevez-vous beaucoup de candidatures ? Quels sont vos méthodes de recrutement ?

En 2014, nous avons reçu plus de 280 dossiers. C'est Julie Vermond, notre responsable recrutement franchise chez Bertrand Restauration, qui s'occupe de la sélection avant de recevoir les candidats pour un entretien physique. Puis, ils peuvent poursuivre pour deux jours d'immersion dans un restaurant succursaliste. Nous prenons le feedback + la grille d'évaluation.
Enfin, il y a un dernier entretien, au siège, avec moi. C'est assez sélectif. Seuls 45 candidats ont été validés. Il s'agit de notre vivier. Avec nos 25 ouvertures prévues cette année, et sachant qu'il faut un an pour ouvrir, nous savons que ces 45 franchisés sont pour sûr prêts. Ce vivier est renouvelé.

- Proposez-vous un accompagnement aux franchisés ?

En amont, nous accompagnons les franchisés dans leur recherche de financement, les aidons dans leur montage financier et les orientons vers les pôles franchise des banques où nous sommes référencés. Dans les tablettes, nous sommes en train de négocier un accord cadre avec une grosse compagnie d'assurance. Egalement, l
e candidat a une semaine de formation pratique où il verra tous les postes dans une succursale, puis une autre semaine chez un franchisé. Pendant l'ouverture, une cellule d'experts est présente midi et soir pour le suivi : trois jours avant et sept jours après. Nous avons cinq directeurs de région : chacun s'occupe de 17 à 20 établissements. Depuis octobre 2014, nous avons aussi une cellule R&D avec un contrôleur de gestion et un chef. Après l'ouverture, il y a une visite obligatoire/trimestre, deux réunions régionales/an, deux commissions produits/an et une commission annuelle (67 % de taux de participation). Le franchisé et le réseau sont toujours en contact : newsletter, intranet, flash infos, ...

- Quelles actions concrètes mettez-vous en place pour le développement du réseau ?

Nous avons des opérations plus conséquentes pour Au Bureau (animations produits, animations calendaires, soirées, bières du moment, ...) que Café Leffe (opération produits). Les enseignes bénéficient d'une visibilité nationale : pub radio, web, presse, réseaux sociaux, appli smartphone. Pour Café Leffe, nous avons signé un partenariat avec la chef étoilée Hélène Darroze (un plat signature/carte).

- Aujourd'hui, quels sont les objectifs d'ouverture du réseau ? 

À partir du deuxième semestre 2015, nous avons prévu d'ouvrir 5 succursales et 15 franchises Au Bureau en France. Quant à Café Leffe, nous allons en ouvrir 5 en 2015 dont une en succursale. Notre volonté : ouvrir 15 unités Café Leffe d'ici à trois ans.
Les succursales - dont nous accélérons le développement - devraient représenter à terme 25 % du réseau soit 35 établissements. Notre objectif est de doubler le parc de pubs brasseries pour atteindre 160 unités d'ici à 2018.


Hélène Binet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services