×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Kévin d'Andréa : "J'aime affronter plus fort que moi"

Restauration - mercredi 25 février 2015 15:19
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Toujours en compétition dans l'émission Top Chef, le jeune homme est le sous-chef du restaurant La Passagère, aux côtés de Yoric Tièche. À 23 ans, il affiche déjà un joli CV. Portrait.



Kévin d'Andréa : ' Jamais je ne me suis projeté. Je pensais épreuve par épreuve. J'en validais une, puis je passais à une autre.'
© Pierre Olivier/M6
Kévin d'Andréa : ' Jamais je ne me suis projeté. Je pensais épreuve par épreuve. J'en validais une, puis je passais à une autre.'

"Tout ce qui m'arrive c'est grâce à mon professeur de cuisine du lycée hôtelier de Hyères, M. Troin, affirme Kévin d'Andréa. C'est lui qui a vu mon potentiel et m'a donné la passion." Remarqué par Alain Llorca, le jeune homme a très tôt enchaîné les belles maisons. "J'ai toujours voulu faire les choses le plus vite possible." À seulement 23 ans, il a déjà travaillé pour Alain Ducasse et Yannick Alléno, dont il a retrouvé le bras droit, Yoric Tièche, à La Passagère (Juan-les-Pins), en février 2014.  "Pourquoi je me suis lancé dans Top Chef ? J'aime l'aventure pour le côté humain et j'aime la compétition. J'aime aussi affronter plus fort que moi et là, il y avait du lourd. Je me suis entraîné tout l'été. Je me suis imposé des produits, des thèmes, j'ai aiguisé mes connaissances en pâtisserie. J'ai utilisé tout mon temps libre en dehors du temps réservé au service du soir. J'ai travaillé tous les jours, sans prendre un seul jour de congé. Je montais vraiment au combat. Ma seule pause, ça a été une semaine de congés avant l'émission."

"On a recréé l'esprit d'une brigade"

L'étape suivante a été le tournage. "Il y avait une très bonne ambiance, on se sentait comme une famille unie. Les chefs en cuisine étaient là pour nous aider, nous aiguiller. Il y avait une grande complicité. Le plus dur, c'était qu'on ne savait pas ce qui allait se passer le lendemain. On a vécu sans heure, sans téléphone... On a vraiment recréé l'esprit d'une brigade ensemble. Cela s'est prolongé entre les tournages, avec des virées parisiennes colorées. Mais quand il fallait bosser, j'étais là. Je voulais vraiment gagner. Dans la salle, avant le tournage, c'était le silence, tout le monde était concentré. Jamais je ne me suis projeté. Je pensais épreuve par épreuve. J'en validais une, puis je passais à une autre. J'ai adoré celle avec Pierre Gagnaire ; il est tellement humain."

Ce que Top Chef lui a apporté ? "Une autre perception de la vie et de la cuisine. Avant, ma cuisine était très classique. J'y ai apporté un peps de modernité, mais toujours dans le respect du produit. Cela se voit au dressage, au goût, aux épices, dans la construction, c'est un feeling différent. Aujourd'hui je dis : 'Venez faire Top Chef'. Il faut le vivre ! C'est une expérience de dingue, il faut avoir les nerfs, mais c'est exceptionnel."

Anne Sallé

Journal & Magazine
N° 3764 -
21 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services