×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Bocuse d'or 2015 : Nicolas Davouze dans les starting-blocks

Restauration - vendredi 16 janvier 2015 20:52
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Dans quelques jours, Nicolas Davouze, assisté de son commis Sabine Pendariès, vivra l'un des plus grands jours de sa carrière en représentant la France au Bocuse d'or à Lyon. Il passe le premier jour, le mardi 27 janvier. Confidences du coach Franck Ferriguti.



A J – 10, comment se déroulent les entrainements ?
« On a attaqué le marathon. Nicolas et Sabine enchaînent les « blancs » et il y a une très bonne coordination entre eux. Aujourd'hui, ils ont sorti une pintade d'un autre monde. Ils font un très beau travail et dans les temps. Nous sommes contents. Il reste à caler quelques petites choses dans la technique de mise en route ou dans le process, mais ils ont la maîtrise et la compréhension des plats. Ils ont pris possession de l'organisation. Ils sont impliqués à 2000% ».

Vous venez d'avoir une liste de 4 légumes (le céleri branche, le fenouil, la butternut et le poireau). L'un d'entre eux sera tiré au sort la veille du concours. Votre réaction ?
« Ce ne sont que des légumes fibreux. Venant de Vence, nous avons l'habitude du fenouil. La Butternut et le poireau, ça nous plaît aussi. C'est plutôt le céleri branche qui est le plus compliqué. Nicolas choisit lui-même les légumes sur le marché du concours. Pour le céleri branche, il faut le sélectionner avec la plus grande attention pour qu'il ne soit pas creux par exemple. Nous avons déjà mis au point une recette pour chacun d'eux. Nous sommes dans les finitions. Tout va bien ».

 
Propos recueillis par Nadine Lemoine

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Evaluer, acheter et vendre un fonds de commerce en CHR (avec tableur d’estimation)
par Jean Castell
Services