×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

La grande idée du Café de France : un menu à prix coûtant

Restauration - vendredi 5 décembre 2014 09:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Louviers (27) Depuis septembre, David Lambert et Sandra Cierpisz proposent une formule à 6 € comprenant un plat, un dessert et un café. Les clients en redemandent.



David Lambert et Sandra Cierpisz font l'unanimité avec leur menu à prix coûtant
David Lambert et Sandra Cierpisz font l'unanimité avec leur menu à prix coûtant

En septembre 2013, David Lambert et Sandra Cierpisz reprenaient les rênes du Café de France à Louviers (Eure). Jusqu'à présent, leur établissement ne proposait pas de restauration le samedi midi, le cuisinier étant absent ce jour-là. Devant la demande de la clientèle, et toujours à l'affût d'idées nouvelles, le couple a décidé de proposer, chaque samedi, un menu à prix coûtant.

Depuis septembre dernier, les clients peuvent donc bénéficier d'une formule comprenant un plat, un dessert et un café, pour 6 €. "Nous en avons eu l'idée en voyant des reportages. Souvent, seul le plat était à prix coûtant. Nous avons voulu développer le concept en proposant tout un menu", glisse Sandra Cierpisz.

Le prix permet de rembourser la matière première et l'électricité. "C'est moi qui cuisine nous n'avons donc pas de salaire à verser, ce qui nous permet de conserver ce prix très bas", note la restauratrice.

 

"Supers promos"

Cette idée, David Lambert et Sandra Cierpisz sont loin de la regretter. "Lorsque les gens viennent, il est rare qu'ils ne prennent pas de boissons. Nous faisons donc nos marges sur ces ventes." Pour rendre viable l'opération - qui a vocation à durer -, les propriétaires ont négocié des prix plus bas avec certains de leurs fournisseurs. "Nous bénéficions de supers promos : nous achetons des produits dont les DLC sont proches, ce qui permet à nos fournisseurs d'écouler leurs stocks. Tout le monde est gagnant."

La clientèle ? Beaucoup de personnes âgées ou de familles qui n'ont pas, en temps ordinaire, les moyens d'aller au restaurant.

Hors de question, pourtant, de cuisiner toujours la même chose. En cuisine aussi, Sandra Cierpisz ne manque pas d'idée. Et comme les plats sont uniques, elle prend le temps d'élaborer des recettes originales. Résultat : la brasserie affiche quasiment complet tous les samedis. 

Gabrielle Lemestre

Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services