×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Edouard Loubet casse les barrières et les prix pour séduire les jeunes

Restauration - mardi 16 août 2011 11:13
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Bonnieux (84) Dans son restaurant deux étoiles ‘Michelin’, le chef de l’année GaultMillau abaisse de 121 à 70€ le prix de l’un de ses menus pour les moins de 30 ans.



Edouard Loubet veut faciliter la venue de jeunes gastronomes à sa table.
Edouard Loubet veut faciliter la venue de jeunes gastronomes à sa table.

À partir du 1er septembre, et jusqu’au 12 novembre, les moins de 30 ans seront à la fête au Domaine de Capelongue, l’établissement d’Edouard Loubet au cœur du Luberon. “Si le repas gastronomique des Français a été reconnu au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, il faut aussi savoir promouvoir ce précieux héritage”, explique celui dont GaultMillau a fait son chef de l’année. Et pour cela, il a choisi de faire un geste important en matière tarifaire.

“Cela ne nous limite pas à un seul type de clientèle”
“Pendant ces deux mois et demi, le menu que je propose à 121 € avec trois plats, fromage et dessert sera servi à 70 € au moins de 30 ans et, en plus, j’y ajouterai les boissons. Avec cette offre, j’ai envie que les jeunes arrêtent de penser qu’une maison comme la nôtre n’est pas faite pour eux alors qu’ici, on propose aussi une formule à 48 €, qu’on peut vivre un grand moment dont on se souviendra longtemps et que les gens qui m’entourent sont jeunes aussi et non une bande vieux schnoks… Iils manquent de repères dans nos établissements. Pourtant, si cela brille, si nous sommes Relais & Châteaux, cela ne nous limite pas à un seul type de clientèle. C’est pour cela qu’en cassant les prix, je veux surtout casser les barrières.” Et si cette opération se conclut par un succès en matière de fréquentation mais aussi de ressenti de la part des jeunes clients, Edouard Loubet pourrait bien remettre cela début juillet 2012. “À ce moment-là, je consentirai à un effort en direction des familles qui viendront fêter le bac d’un enfant chez moi.”
Jean Bernard