Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le dernier repas d'El Bulli

Restauration - mercredi 20 juillet 2011 09:38
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Roses (ESPAGNE) Le restaurant de Ferran Adrià ferme ses portes à la fin du mois de juillet 2011. Le célèbre établissement de la Costa Brava entame ainsi une mutation qui débouchera sur l'inauguration de la Fondation El Bulli en 2014 : un “centre de créativité” gastronomique.




Jamais la fermeture programmée d'un restaurant n'a provoqué autant d'émotion ni d'effervescence médiatique. Une émulation à la hauteur de la réputation de Ferran Adrià, qui assurera son dernier service à la fin du mois de juillet 2011, au restaurant El Bulli de Cala Montjoi, près de Roses (Espagne). “C'est la fin d'un chapitre, et le commencement d'une autre aventure”, répète à l'envi le chef catalan, qui vient de fêter ses 49 ans. Cet été, s'ouvre en effet une période de 'gestation' de deux ans et demi qui s'achèvera avec la création de la Fondation El Bulli, dans cette petite crique de la Costa Brava transformée en lieu de pèlerinage gastronomique. Ferran Adrià lui-même n'arrive pas encore à définir exactement ce que ce sera, mais il sait ce que ce ne sera pas : “Ce ne sera pas un restaurant, il n'y aura pas de réservations, nous ne serons pas dans les guides, nous serons hors des circuits de restauration... On y mangera, mais ce ne sera pas l'essentiel ; nous allons en fait reproduire d'une autre manière l'atelier d'El Bulli, mais comme un centre de créativité à part entière, ouvert sur la société à travers Internet.”

Un chef qui a fait école

En engageant cette mutation, Ferran Adrià colle étrangement à une image un peu caricaturale : “Les gens me voient davantage comme un créateur que comme un cuisinier”, reconnaît le chef honoris causa, accueilli à bras ouverts à l'université Harvard, qui a su jeter des ponts entre le monde de la cuisine et celui de l'art. C'est pourtant bien par sa cuisine que Ferran Adrià s'est distingué, et qu'il a fait école : José Andrès, Carlos Abellàn et Sergi Arola sont aujourd'hui parmi les meilleurs ambassadeurs d'El Bulli. Ferran Adrià n'a donc plus rien à prouver au piano. Même si son plus grand succès tient sans doute dans cette fraîcheur qu'il a su conserver, malgré le succès et les polémiques (qui sont, dans son cas, une autre forme de reconnaissance). L'enfant de l'Hospitalet de Llobregat (près de Barcelone) n'affiche aujourd'hui d'autre prétention que de continuer à créer, s'excusant presque de refermer le livre de réservations d'El Bulli pour entrer dans cette nouvelle aventure : “C'est ma façon de faire, mais il n'y a pas d'obligation, chacun fait comme il veut : la cuisine, c’est la vie !”
Francis Matéo

Journal & Magazine
Bulletin inscription abonnement gratuit
Services