×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

On s’agite au Bôcal

Restauration - jeudi 16 juin 2011 10:39
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Grenoble (38) Aux commandes de l’un des rares restaurants pour couche-tard de Grenoble, Philippe de Kanel et Frédéric Pilloux ont imaginé une table qui leur ressemble, un Bôcal décalé mais attachant.



En journée, d’épais rideaux couvrent ses larges vitres. Il faut attendre 19 h 30 pour découvrir ce lieu flashy et éclectique : meubles en formica de grand-mère, canapé skaï et lustres années 1970, bref de ce concentré d’objets rétro chinés par le duo de restaurateurs et ses amis. Un univers tendrement kitch avec, en mezzanine, un lunch bar cosy et, au rez-de-chaussée, 20 couverts (auxquels viennent s’ajouter 14 en terrasse aux beaux jours) que l’on s’arrache tous les soirs, du mardi au samedi. Et ce jusqu’à minuit. “Nous assurons deux services, un dès 19h30, l’autre vers 22 heures”, confirme Frédéric, 43 ans.

Tout est fait maison
Tous deux travaillent seuls  : Frédéric s’affaire en salle - un métier qu’il exerce depuis sa sortie du CFA de Dardilly - et Philippe, ancien élève du lycée Saint-Louis de Montargis et du LETPHA de Strasbourg-Illkirch (BTS restauration), aux fourneaux. Sa cuisine fraîche de saison, toujours généreuse, revisite les grands classiques : le pomme boudin noir est servi en Tatin (de brick), ses Saint-Jacques sont embrochées et saucés sucré salé, son tiramisu s’habille de fruits, son île flottante de pralines roses… Tout est fait maison. “Même le caramel” insiste Philippe de Kanel. Résultat, dès 19 h 30, on se presse au Bôcal. Les plus âgés apprécient de dîner tôt, d’autres, faute d’avoir réservé assez tôt pour le second service, s’en contentent. Mais jamais le duo n’a fait de publicité. On se murmure l’adresse à l’oreille entre gourmets. “Notre carte est réduite, mais je propose toujours deux poissons - un de mer, un d’eau douce - et quatre viandes”, souligne Philippe de Kanel. La carte, à l’ardoise, décline toujours 3 entrées, 6 plats et 6 desserts et offre un large choix de vins au verre. Le ticket moyen est de 30 €.
Nathalie Ruffier

Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fruits et légumes : dictionnaire
par Frédéric Jaunault
Services