×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Les ambitions d’Elior

Restauration - mercredi 15 juin 2011 00:49
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

A l’occasion de ses 20 ans, le groupe fait le point sur sa stratégie de développement et dévoile sa nouvelle identité.




Le 1er octobre dernier, Gilles Petit, ancien directeur exécutif France de Carrefour prenait la direction générale du groupe Elior tandis que son fondateur, Robert Zolade, devenait président du conseil de surveillance du groupe. Un tandem prenait forme. Pour les 20 ans d’Elior, le duo a jeté un bref regard en arrière et annoncé clairement ses ambitions à l’horizon 2015.
En 20 ans, Elior a multiplié par 10 son chiffre d’affaires, par 9 le nombre de ses salariés (85.000 personnes dans 14 pays) et par 30 son résultat d’exploitation. Pour l’exercice 2010/2011 (clos le 30 septembre), le groupe table sur un chiffre d’affaires de 4,2 milliards d’euros, en hausse de 12% : dont 2,7 milliards d’euros en restauration collective. « Tous nos métiers enregistrent une croissance à 2 chiffres », souligne Gilles Petit. Les projections du groupe atteignent 5,2 milliards de chiffre d’affaires en 2013 et 6 milliards en 2015.
Un bond soutenu par des acquisitions et par le développement de nouveaux marchés, notamment les services associés. Il s’agit du facilities management (accueil, gestion de parking, du courrier…), du secteur de la propreté (entretien des locaux y compris dans l’hôtellerie ou la restauration comme Disney à Val d’Europe) mais aussi du travel retail (boutiques sur autoroutes, gares, aéroports). «Le développement des services associés est pertinent, non seulement c’est un secteur créateur de valeurs, mais de plus en plus d’appels d’offres en restauration intègrent ces services associés », explique le nouveau directeur général.
D’autres marchés devraient s’ouvrir tels l’armée, le pénitentiaire ou les universités. Sans oublier la croissance de celui de la dépendance et du handicap avec le boom des maisons de retraite. Pour le directeur général, les loisirs ne doivent pas être négligés. Le contrat de restauration dans les Center Parcs français et allemands est lucratif, d’autres projets avec Pierre & Vacances sont sous le boisseau. 

Nouvelle architecture de marque

« Nous avons décidé de renforcer notre image en nous présentant de manière plus claire, plus simple et plus impactante ». Priorité à la marque Elior avec 3 grands secteurs : Elior Restauration (restauration entreprises, restauration enseignement et restauration santé) ; Elior Concessions (concessions autoroutes, concessions aéroports, concessions ville, concessions loisirs) ; Elior Services (services propreté, services FM, services santé). Des marques telles qu’Eliance ou Avenance disparaîtront progressivement, d’autres subsisteront (L’Alsacienne de Restauration ou Arpège). Mais l’idée générale est « d’offrir un visage fédéré et plus fort à nos clients et nourrir l’image du groupe ». Elior qui s’offre aussi un nouveau logo aux lettres plus arrondies, sans majuscule (« rendant la marque plus simple et plus humaine ») et un camélia retravaillé avec un « e » en son centre.
Ce travail s’accompagne de la mise en place d’un « projet fédérateur baptisé Elior Ambition » destiné à faire jouer les synergies entre les différents métiers que ce soit dans le but d’améliorer la qualité de service, réduire les coûts ou offrir à ses salariés une plus grande mobilité au sein du groupe. « Nous voulons revoir les parcours de carrière entre les diverses entités du groupe mais aussi les formations. Nous sommes tous sous la même bannière, Elior », revendique Gilles Petit.

Nadine Lemoine