×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Christophe Legond s’engage pour le bio et le goût

Restauration - vendredi 17 juin 2011 16:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paraty (BRESIL) Le chef du Voilà Bistrot soutient la production bio et lutte contre la malbouffe. Rencontre.



La gastronomie durable, c’est le concept défendu depuis deux ans par Christophe Legond et une dizaine de chefs installés dans la petite ville de Paraty. Une initiative rare au Brésil. "Cette association, soutenue par les ministères de l’Agriculture, de l’Environnement et du Tourisme, fait de la gastronomie de proximité et réfléchie. Elle rassemble des chefs et une douzaine d’agriculteurs et d’éleveurs qui travaillent dans un rayon de 100 km, ce qui est très peu pour le Brésil. Nous apportons notre appui technique aux agriculteurs, et nous nous engageons à acheter une part de leur production entièrement bio", explique-t-il. Pour le chef français, la gastronomie rime avec solidarité. C’est pourquoi il organise dans son restaurant des ateliers du goût destinés aux enfants des quartiers défavorisés. "Au Brésil, on donne souvent plus d’importance aux choses américanisées qu’aux produits à portée de main. Avec un autre chef brésilien, nous enseignons à ces jeunes comment mieux manger et lutter contre la malbouffe. Les enfants mettent aussi la main à la pâte pour apprendre des recettes saines et peu chères qu’ils peuvent reproduire chez eux. J’espère ainsi susciter des vocations !"

 
Violaine Brissart

Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services